L'adoption de Target 2 Securities constitue une opportunité pour les acteurs de marché

le 10/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le nouveau système unique de règlement-livraison de la BCE pourrait faire économiser 30 à 70 millions d'euros par an à chaque opérateur, selon une étude

L’instauration par la BCE d’un nouveau système unique (Target 2 Securities, «T2S») permettant aux dépositaires de titres de confier la gestion de leur activité de règlement-livraison en monnaie banque centrale pourrait s’avérer rentable pour les opérateurs de marché. Une étude réalisée par Clearstream et Oliver Wyman estime que les économies individuelles réalisées par les sociétés de courtage, les dépositaires et les banques sur le coût en capitaux, de financement et opérationnels suite à sa mise en place officielle début 2015 pourraient atteindre entre 30 et 70 millions d’euros par an.

Les transferts de trésorerie vers la BCE, la réduction des collatéraux, la compensation des flux de paiement entre les différents marchés, ainsi que la consolidation des activités sur les dix marchés «T2S» en un seul centre auront un effet non négligeable. Les «brokers-dealers» seraient ceux qui bénéficieraient le plus de cette mesure, avec 70 millions d’économies pour un courtier qui traiterait 100 milliards d’euros d’actifs sur plusieurs marchés. Ils seraient suivis par les dépositaires globaux (50 millions d'économies pour un global custodian ayant en moyenne 400 milliards d’actifs) et enfin par les banques régionales, le gain allant jusqu'à 30 millions pour une banque avec un biais domestique ayant 140 milliards de titres.

«Le prérequis pour tirer le bénéfice maximal de T2S est que les banques effectuent une analyse et un changement de leurs modèles opérationnels actuels en matière d’opérations 'post trade', notamment concernant les règlements. Dans la mesure où T2S imposera de toutes façons des coûts d’adaptation, il existe une fenêtre d’opportunité pour profiter de ce changement afin de mettre en œuvre le plein potentiel d’économies tirées d’actifs consolidés», précise Philip Brown, responsable global et membre du comité exécutif de Clearstream.

L’étude met en avant la forte fragmentation de l’environnement «post trade», le grand nombre de couches d’intermédiation, exacerbées par les nouvelles réglementations imposant des règles plus strictes en termes de capitaux propres, de bilan, de liquidité, et de collatéraux. Celles-ci entraînent des coûts supplémentaires jugés «insoutenables». «En harmonisant et centralisant les règlements de titres dans une plate-forme commune au sein de la banque centrale, T2S crée une fenêtre d’opportunité unique pour les intervenants de marché», estime l’étude.

A lire aussi