La banque privée de Banca Leonardo en France ouvre son capital

le 02/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Banque Leonardo a vocation à devenir un joint-venture entre sa maison mère et le nouveau family office lancé par Michel Cicurel, La Maison

Lorsque Michel Cicurel a pris l’année dernière la présidence de Banque Leonardo, la question de l’ouverture du capital de la banque privée du Gruppo Banca Leonardo en France à des particuliers fortunés avait surgi, sans être confirmée de source officielle.

Le dirigeant a brisé le silence hier en annonçant aux Echos que La Maison, le nouveau club d’investisseurs qu’il vient de créer, allait prendre une «participation très significative» dans l’établissement. Un pourcentage précis n’a pas été communiqué. Concrètement, cette montée au capital devrait se faire par échange de titres. Banque Leonardo deviendrait alors une société commune entre La Maison et Gruppo Banca Leonardo.

L’objectif de cet investissement est d’accélérer le développement de la banque privée française. Cette filiale revendique aujourd’hui un encours géré de 1,5 milliard d’euros. Ce dernier a fortement progressé: fin 2012, ses actifs sous gestion atteignaient 764 millions d’euros. Fin 2013, l’Italie représentait encore 86% de l’encours total des activités de gestion de fortune de Gruppo Banca Leonardo, lequel atteignait 7 milliards. Le groupe fondé à Milan en 2005 ne donne toutefois pas le montant pour la France à la même période. L’ambition affichée par Michel Cicurel est de porter l’encours de Banque Leonardo à 3 milliards d’euros; mais le président de l’établissement n’a pas communiqué d’échéance pour cet objectif.

Depuis la vente de sa participation dans DNCA Finance, la société de gestion d’actifs, au fonds TA Associates en 2011, Banque Leonardo s’est alignée sur les autres filiales de banque privée du groupe, en Italie et en Suisse, en se spécialisant dans la gestion de fortune.

Malgré l’ouverture programmée de son capital, Banque Leonardo restera toutefois en terrain connu. En effet, bon nombre d’individus ou de familles qui contribueront aux 100 millions d’euros que La Maison compte collecter sont proches de la galaxie Leonardo. Comme Michel David-Weill, dont la société d’investissement cotée Eurazeo est déjà actionnaire de Gruppo Banca Leonardo. Les autres sont de grands noms du capitalisme européen (Serge Dassault, Alain Mérieux, Carlo de Benedetti, Maurice Lévy) ou des entrepreneurs fortunés (Xavier Niel, Jacques-Antoine Granjon, Pâris Mouratoglou).

A lire aussi