L’économie japonaise donne des signes de fléchissement inquiétants

le 01/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La production industrielle n'a progressé que de 0,2% en juillet après sa chute de 3,2% enregistrée en juin, alors que l'inflation est stable à 1,3%

La reprise de l'activité au Japon se fait attendre. Le rebond de la production industrielle de 0,2% au mois de juillet aura été loin de compenser la chute de 3,2% enregistrée en juin. «La répartition par sous-secteurs est identique à celle de juin et montre que la production a été plus faible qu’attendu dans bon nombre d’industries», explique CA CIB. Les entreprises manufacturières tablent sur une hausse de la production de 1,3% en août et 3,5% en septembre, soit seulement 0,2% sur le deuxième trimestre. «Le secteur manufacturier sera confronté à de nouvelles pressions d’ajustements des stocks, ce qui pèsera sur la reprise de la production sur les mois à venir», ajoute CA CIB.

Malgré une chute du PIB de 6,8% au deuxième trimestre, sous l'impact de la hausse de TVA, la BoJ table toujours sur une croissance de 1,5% sur l’année fiscale qui s’achève fin mars 2015, et de 1,3% l’année suivante. Un scénario qui prévoit un redressement de la production grâce à un rebond de la demande intérieure et à une reprise des exportations qui tardent à se matérialiser. Or «la correction de la production depuis la hausse du taux de TVA a très largement dépassé les attentes du gouvernement et de la BoJ», estime Goldman Sachs. BNP Paribas estime ainsi que sans redémarrage des capacités de production et de la croissance de l’activité, «ces prévisions sont insoutenables» et devront être réajustées à la baisse.

Elles conditionnent pourtant le retour à une inflation à 1,9% en 2015 et 2,1% en 2016 promis par la BoJ. L’inflation sous-jacente au Japon, hors effet de TVA de 2 points, est restée stable en juillet à 1,3%, comme celle pour la région de Tokyo en août à 0,8%. CA CIB prévoit même un ralentissement à 1,2% en août et à 1% fin octobre. «Avec des prix énergétiques qui n'augmentent pas malgré les tensions géopolitiques, nous doutons fortement de la prévision de la BoJ que l’inflation repartira à la hausse à partir d’octobre. Il y a donc encore un long chemin avant d’atteindre un taux d’inflation stable à 2%», estime CA CIB.

A Jackson Hole, le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, a indiqué sa volonté de faire de son objectif d’inflation à moyen terme de 2% un référent pour les négociations annuelles salariales dans les entreprises. Une volonté menacée par le décrochage des anticipations d’inflation, avec un chute du point mort des obligations indexées à 10 ans de 25pb depuis juin à 1,13%, un plus bas depuis février.

A lire aussi