Le fonds souverain norvégien passe à la vitesse supérieure dans l'immobilier

le 12/08/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La diversification annoncée fin juin par Norges Bank IM s’est traduite par deux opérations à plus de 400 millions d’euros depuis le début du mois

Le fonds souverain norvégien continue d’étoffer son portefeuille immobilier. A peine dix jours après avoir officialisé l’acquisition de l’immeuble «Madeleine» à Paris (31.500 mètres carrés pour 425,6 millions d’euros), Norges Bank Investment Management (NBIM) vient d’annoncer une prise de participation majoritaire (57,8%) dans «Pollen Estate», un ensemble immobilier (bureaux et logements) de 67.800 mètres carrés situé à Londres dans le quartier de Mayfair, entre Regent Street et Bond Street. Le premier fonds souverain mondial a déboursé 343 millions de livres soit environ 430 millions d’euros pour cet ensemble prestigieux qui appartenait jusqu’alors à l’Eglise d’Angleterre. La société d’investissement dans l’immobilier de la couronne, The Crown Estate, a également annoncé une prise de participation de 6,4% dans «Pollen Estate».

Fin juin, à l’occasion de la présentation de sa stratégie d’investissement, NBIM –qui gère le Government Pension Fund Global, connu avant 1990 sous le nom de «fonds pétrolier»– a annoncé son intention de «bâtir un portefeuille immobilier mondial mais concentré», afin de diversifier ses sources de rendement et d’atteindre son objectif de 4% de rendement réel à long terme. Fort de près de 5.400 milliards de couronnes norvégiennes sous gestion au 11 août (environ 870 milliards de dollars ou 650 milliards d’euros), il pourrait investir l’équivalent de 1% de ses actifs dans l’immobilier chaque année d’ici à 2016. L’idée étant «de porter progressivement la part des investissements immobiliers à 5% des actifs, à la faveur de l’attrition du portefeuille obligataire».

Mais, si le fonds se dit prêt à étudier les opportunités hors d’Europe et des Etats-Unis, ses incursions devraient dans un premier temps rester essentiellement concentrées sur quelques grandes villes: New York, Washington, Boston et San Francisco aux Etats Unis; Londres et Paris en Europe. En dépit de ses ambitions et de sa puissance de feu, le fonds souverain reste un nouveau venu sur le marché immobilier mondial: traditionnellement tourné vers les marchés d’actions et d’obligations, il n’a l’autorisation d’y investir que depuis 2010. Sa première acquisition hors d’Europe (Etats-Unis) remonte à 2013.

A lire aussi