Natixis AM s’implante sur le marché américain avec un premier fonds

le 24/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société de gestion française crée un produit géré sur place et commercialisé par sa structure faîtière Natixis Global Asset Management

Si les Etats-Unis sont le premier marché de la gestion d’actifs de Natixis, avec 49% des encours et un réseau local de 16 boutiques, son paquebot français Natixis Asset Management (NAM) y restait jusqu’à présent absent. Une anomalie réparée avec le lancement, hier, de Seeyond Multi-Asset Allocation Fund.

«Pour la première fois, NAM, à travers Seeyond, gère un fonds pour le grand public aux Etats-Unis», annonce Emmanuel Bourdeix, co-directeur des gestions de NAM et responsable de Seeyond, la marque qui regroupe l’expertise quantitative et structurée de la branche française (15 milliards d’euros d’encours sur 301 milliards à fin mars).

NAM prend garde à ne pas marcher sur les plates-bandes de Natixis Global AM (NGAM), structure faîtière et mondiale de la gestion d’actifs de Natixis (653 milliards d’euros d’encours). «Ce produit complète la gamme de NGAM Distribution qui ne proposait pas, jusqu’à présent, de fonds d’allocation multi-classes d’actifs aux Etats-Unis, précise Emmanuel Bourdeix. Nous capitalisons sur deux savoir-faire de Seeyond: l’allocation dynamique et la gestion active de la volatilité considérée comme classe d’actifs à part entière et comme source de diversification structurelle, particulièrement dans un environnement de taux obligataires bas».

Le nouveau produit, pour lequel NAM de donne pas d’objectifs chiffrés, sera proposé aux intermédiaires américains au côté des fonds de Loomis, de Harris Associates et des autres boutiques locales du groupe. NGAM Distribution vise 75 milliards d’euros de collecte nette entre 2014 et 2017, dont 24 milliards provenant des ventes aux épargnants américains. Celles-ci ont déjà atteint 6 milliards d’euros au premier trimestre, soit les deux tiers de la collecte totale du groupe.

Pour lancer son premier fonds de droit américain, NAM s’est implanté à Boston, le siège de NGAM. «Créée il y a quelques mois, notre filiale américaine compte déjà quatre personnes: un responsable de la gestion transféré depuis Paris, un responsable du développement, un chargé d’opérations et un responsable de la conformité, détaille le patron de Seeyond. Un autre professionnel de la gestion les rejoindra bientôt».

Frédéric Babu, gérant principal parti à Boston, est assisté de cinq autres basés à Paris. Si l’essai est concluant, NAM pourrait lancer d’autres expertises outre-Atlantique pour contrebalancer les faibles flux apportés par les réseaux français de BPCE, la maison mère de Natixis.

A lire aussi