La fraude de Let's Gowex met à mal le marché alternatif espagnol

le 08/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les sociétés cotées sur le MAB ont dévissé hier et certaines ont demandé un transfert sur le marché principal

La fraude financière reconnue par le patron du fournisseur de wifi espagnol, Let’s Gowex, met à mal le marché alternatif domestique dédié aux entreprises en croissance, le MAB (Mercado Alternativo Bursatil).

Le conseil d’administration de la société, qui va se mettre en faillite, a accepté la démission de son PDG et fondateur, Jenaro Garcia, alors que celui-ci a reconnu qu’il avait présenté des comptes falsifiés pour au moins les quatre dernières années. Cet aveu a été précipité par le rapport au vitriol sur les comptes de la société publié par Gotham City Research, une société dont le management n’est pas présenté sur son site internet mais qui prend position sur les valeurs qu’elle couvre.

Gowex fait partie de l’une des 23 sociétés cotées sur le MAB. Le marché, lancé en 2006 et rattaché à Bolsas y Mercados Españoles (BME), se présente notamment comme dédié aux «entreprises de capitalisation réduite qui cherchent à grandir avec une régulation sur mesure». Pour accéder à ce marché, les entreprises doivent notamment signer un contrat de liquidité avec un intermédiaire et désigner un «conseiller enregistré» qui est censé les accompagner lors de leur entrée sur le marché, vérifier leur information et le respect de leurs obligations, notamment de publication.

Dans un communiqué publié dimanche, le MAB assure que sa réglementation est «en ligne avec celle des marchés similaires existants dans les pays voisins» et que les irrégularités de Let’s Gowex ne peuvent «mettre en question une réalité indispensable pour le système financier du pays». Cela n’a pas empêché la quasi-totalité des entreprises cotées sur le marché de dévisser en bourse hier. Plusieurs valeurs, telles que Bionaturis, Carbures et Eurona perdaient même plus de 20%. Ces deux dernières sociétés ainsi qu’Ibercom et Ebioss ont demandé leur transfert sur le marché principal lundi, selon Reuters.

Ce n’est pas la première fois que le marché alternatif espagnol connaît des déconvenues: le producteur de télévision Zinkia a dû déposer le bilan comme la chaîne de cliniques Suavitas.

Le régulateur financier espagnol, CNMV, ne sort pas grandi du scandale. Il a annoncé la semaine dernière qu’il allait passer en revue les relations du MAB et de Let’s Gowex mais a surtout demandé plus d’informations à ses homologues américain et britannique sur Gotham City Research pour savoir si la société pouvait être tenue responsable d’un abus de marché.

A lire aussi