«L’euro ne devrait baisser que très lentement contre dollar»

le 30/06/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Nordine Naam, stratégiste change chez Natixis

L'Agefi : Qu’attendre de l’euro-dollar avec la dichotomie entre politique de la Fed et de la BCE?

Nordine Naam : L’euro ne devrait baisser que très lentement contre dollar dans les prochains mois en dépit de la dichotomie des politiques monétaires. De fait, les mesures annoncées par la BCE ne sont pas encore en mesure d’infléchir sensiblement la tendance haussière de l’euro soutenu par un excédent courant et des flux de capitaux entrants importants. C’est surtout la faiblesse du dollar qui freine le repli de l’euro-dollar face à une Fed toujours très prudente qui compte bien prendre son temps avant de communiquer en faveur d’un resserrement monétaire. A court terme, l’euro baissera néanmoins vers 1,3480 en particulier si les statistiques de l'emploi continuent de s’améliorer ainsi que les prix à la consommation.

Les devises émergentes peuvent-elles être affectées par ce nouveau paradigme?

Les devises émergentes ont été fortement affectées en mai 2013 par la simple évocation du début du tapering de la Fed. Mais depuis, beaucoup de pays émergents ont mis en place des mesures destinées à réduire leur déséquilibre notamment en termes de balance courante et budgétaire (Inde, Indonésie), mais également en relevant leurs taux directeurs (Turquie...) afin de stabiliser leur devise. Un resserrement monétaire de la Fed en 2015 aura donc moins d’impact cette fois-ci sur les pays émergents d’autant que les investisseurs ont réduit significativement leurs expositions aux pays émergents. Pour l’heure, tant que les taux longs américains et le dollar restent faibles, les devises émergentes resteront fermes en particulier si l’économie chinoise montre davantage de signaux de stabilisation.

Panel change, Nordine Naam, Natixis
ZOOM
Panel change, Nordine Naam, Natixis

A lire aussi