Schroders débauche Karine Szenberg chez JPMorgan AM pour doper ses activités en France

le 13/06/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En septembre, elle remplacera Nuno Teixeira parti le mois dernier, après onze années passées chez le gestionnaire britannique

Au bout d'un mois de suspense, Schroders a révélé hier le nom de son nouveau patron à Paris. En septembre prochain, Karine Szenberg deviendra le directeur général pour la France du gestionnaire britannique, après avoir dirigé pendant neuf ans le bureau français de JPMorgan Asset Management (AM), qu’elle avait rejoint en 2000. Elle remplacera Nuno Teixeira, dont le départ a été révélé mi-mai par Newsmanagers (groupe Agefi).

Chez JPMorgan AM, jusque-là seule maison parisienne de taille significative dirigée par une femme, la transition n’est pas encore assurée, même si «Karine Szenberg a été recrutée par Schroders il y a plus d’un mois et demi», selon un bon connaisseur du dossier. «Nous ne savons pas encore qui la remplacera étant donné que le processus démarre tout juste, déclare une porte-parole du gestionnaire américain. Nous considérerons les candidatures internes comme externes. L'objectif est que le remplacement soit le plus rapide possible.»

Nuno Teixeira était arrivé chez Schroders en 2003. Devenu patron du bureau parisien en avril 2012, il a quitté son poste au bout de deux ans pour «raisons personnelles». En attendant son successeur, l’intérim est assuré par Miles O’Connor, responsable européen de la clientèle institutionnelle et basé à Londres.

Karine Szenberg s’attellera sans doute à doper les ventes de Schroders dans l’hexagone. Le gestionnaire y a collecté 100 millions d’euros l’an dernier, contre 1,2 milliard de dollars (880 millions d’euros) pour JPMorgan AM. Le groupe américain a réitéré sa performance commerciale de 2012, grâce à l'appétit suscité l’an dernier par ses produits de dette émergente. Il affiche 6,4 milliards de dollars d’encours à fin 2013 pour ses clients français, contre 3,7 milliards d’euros pour Schroders.

Schroders a traversé la Manche en 2001 et dispose à Paris d’une équipe commerciale de 14 personnes, mais n’a pas de société de gestion locale. Il est désormais distancé par plusieurs de ses compatriotes, boutiques indépendantes comme lui ou filiales d’assureurs. Invesco revendique 3,9 milliards d’euros d’actifs en France à fin décembre, M&G Investments a dépassé les 5 milliards et Aberdeen AM reste en tête, avec 5,5 milliards d’euros, loin devant Henderson Global Investors et Threadneedle.

A lire aussi