La Fed réussit à imposer sa loi à la courbe des taux américains

le 22/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le rendement des Treasuries à 10 ans a chuté à 2,53%, alors que le président de la Fed de New York prédit un lent processus de relèvement des taux

La Fed pilote l’ensemble de la courbe des taux américains. La «forward guidance» imposée par l’autorité américaine a ainsi permis au rendement des obligations d’Etat américaines à 10 ans de passer brièvement la semaine dernière sous le seuil symbolique des 2,5% pour tomber à son plus faible niveau depuis juillet 2013, avant de revenir à 2,53% hier. Depuis le début de l’année, il a ainsi chuté de 50 pb, alors que nombre d'investisseurs prédisaient en début d'année une hausse.

Les Treasuries à 10 ans affichent même un rendement total de 10,8% sur 2014, leur meilleure performance sur la période depuis 1995, selon Bank of America Merrill Lynch. Le compartiment à 30 ans a également profité de cet engouement pour les titres américains, avec un recul du rendement de 65 pb depuis le début de l’année, à 3,32%.

Mardi, le président de la Fed de New York, William Dudley, a donné davantage de précisions concernant la stratégie de sortie de la politique de taux zéro de la Fed en indiquant que le relèvement des taux «sera certainement relativement lent». Il dépendra certes de l’évolution de la situation économique mais également de la réaction des marchés. Il a en outre ajouté que le taux final des Fed funds restera «inférieur à sa moyenne historique» en raison d’un ralentissement du potentiel de croissance et d’un durcissement de la réglementation, limitant ainsi le potentiel de hausse sur la partie longue de la courbe. A 0,87%, le taux «forward» euro-dollar indique que les marchés tablent sur une hausse des taux Fed funds de 50 pb sur l’année 2015.

C’est d'ailleurs sous l'égide de la Fed de New York qu'est actuellement conduit le programme test de «reverse repo» qui doit servir à accompagner le relèvement progressif des taux une fois que la Fed l’aura décidé. Son utilisation a d’ailleurs fortement progressé au mois de mai à une moyenne quotidienne de 194 milliards de dollars, contre 86 milliards sur les trois premiers mois de l’année et 11,8 milliard le premier jour de son lancement en septembre dernier. Avec un rendement offert de 0,01% à 0,05%, ces opérations ont ainsi permis de mettre un plancher solide sur les taux courts, qui menaçaient de chuter en territoire négatif.

William Dudley a en outre précisé que le taux de «reverse repo» devrait être suffisamment inférieur à celui du taux de dépôt Iofer (taux d'intérêt sur les réserves excédentaires) afin d’éviter la désintermédiation sur le marché monétaire et les risques de développement du «shadow banking».

A lire aussi