«Les mesures non conventionnelles devraient être très favorables aux actifs risqués»

le 19/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Claire Chaves d’Oliveira, directrice de la gestion actions chez Groupama AM

- L’Agefi: Le marché actions européen est-il trop cher ?

- Claire Chaves d’Oliveira: Fondamentalement, oui, mais il devrait le rester… encore un peu. Les multiples de bénéfices anticipés pour les 12 prochains mois sont au plus haut, ce qui est logique puisque les marchés n’ont cessé de monter tandis que les bénéfices n’ont cessé de se dégrader. Pour l’instant les résultats des entreprises ne sont pas au rendez-vous, mais nous conservons l’espoir d’une amélioration au second semestre, lorsque les handicaps de court terme s’estomperont (nettoyage pré-AQR, devises, voire météo américaine). D’un point de vue fondamental, la prudence s’imposerait ; le risque étant que l’amélioration des bénéfices ne vienne que tout juste alimenter la hausse actuelle des valorisations. Cependant les marchés de taux poussent la BCE vers des mesures au-delà d’une simple baisse des taux d’ores et déjà anticipée. Ces mesures non conventionnelles devraient être très favorables aux actifs risqués, dont les actions, et pousser encore vers le haut les valorisations des marchés.

- La reprise des M&A va-t-elle soutenir les marchés actions ?

- Le thème des M&A semble enfin se matérialiser ces jours-ci. Il est favorisé par des grosses entreprises prédatrices disposant de beaucoup de liquidités, de financement avantageux, de moral retrouvé notamment les américaines, une optimisation fiscale parfois… et aussi par une croissance mondiale poussive conduisant les groupes à utiliser leur liquidités de façon défensive en absorbant un concurrent plutôt qu’en construisant de nouvelles capacités. Cela est favorable aux marchés actions, en renforçant l’appétit pour le risque, même si ce mouvement favorise les grosses entreprises au détriment des mid caps.

Panel Actions
ZOOM
Panel Actions

A lire aussi