BlackRock poursuit sa stratégie de partenariats dans les plates-formes obligataires

le 16/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gestionnaire d'actifs vient d'annoncer un accord avec Tradeweb Markets sur les taux et les dérivés

Les plates-formes de trading obligataire continuent de susciter l’intérêt de BlackRock. Le premier gestionnaire d’actifs au monde a annoncé la signature d’un partenariat avec Tradeweb Markets, un opérateur de plates-formes électroniques d’échange sur les produits de taux d’intérêt et les produits dérivés.

L’accord rendra les outils de Tradeweb compatible avec le système d’information Aladdin développé par BlackRock et qui héberge au total 14.000 milliards de dollars d’actifs, en cumulant les actifs qu'il gère et ceux de ses clients. «La communauté des utilisateurs d’Aladdin aura ainsi accès à la transparence des prix fixés de plus de 40 fournisseurs de liquidité», indique le communiqué. «Face aux pressions réglementaires et en termes de volume de transactions sur les marchés de taux et de dérivés, établir un partenariat avec Tradeweb qui permette de cumuler la liquidité et d’accroître l’efficacité du trading est une évidence et bénéficiera immédiatement à la communauté d’Aladdin», explique Sudhir Nair, responsable mondial du système.

L’alliance permettra également aux utilisateurs de Tradeweb, en particulier des banques d’investissement, des gestionnaires d’actifs et des courtiers, d’accéder aux investisseurs institutionnels clients de BlackRock.

Ce n’est pas la première fois que la société de gestion américaine noue ce type d’accord. En avril 2013, elle avait signé un partenariat similaire dans le trading obligataire avec MarketAxess. Cette stratégie est la conséquence de l’abandon de son projet de plate-forme de négoce interne, faute d’activité suffisante.

L’objectif de certaines sociétés de gestion ayant des montants d’actifs suffisants est de se substituer aux grandes banques d’investissement de Wall Street. Car les évolutions réglementaires apparues depuis la crise financière ont réduit les capacités de ces intermédiaires traditionnels, qui ont dû considérablement écrémer leurs portefeuilles de dette, réduisant de ce fait la liquidité sur le marché pour les investisseurs. Au 31 mars 2014, BlackRock affichait 4.401 milliards d’encours sous gestion.

A lire aussi