Le marché de l'argent fait un saut dans l'inconnu

le 15/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'abandon du fixing quotidien des prix à Londres à partir du 14 août force les intervenants à trouver un autre modèle pour établir les valeurs de référence

C’est la fin d’une tradition qui remontait à 1897. Le London Silver Market Fixing, qui permettait tous les jours d’établir le prix au comptant de l’argent en dollars, en euros et en sterling, cessera d’exister à compter du 14 août. Deutsche Bank, HSBC et la canadienne Bank of Nova Scotia, ses trois membres, qui confrontaient chaque jour à midi lors d’une téléconférence leurs intentions d’achat et de vente du métal précieux pour donner au marché une valeur de référence, ont préféré jeter l’éponge sous la pression des régulateurs.

Deutsche Bank a donné le coup de grâce en annonçant cette année son retrait du fixing de l’argent, mais aussi de celui de l’or, dans le cadre d’un retrait plus large des activités de matières premières. La banque allemande avait auparavant tenté de céder ses sièges dans les deux panels, en vain. Et pour cause: dans le sillage du scandale du Libor, les enquêtes des régulateurs ou les plaintes de clients visant des manipulations présumées des indices de référence se sont multipliées. Si le London Silver Fixing y a pour l’instant échappé, les quatre membres du fixing de l’or, dont la Société Générale, font l’objet d’une étroite surveillance. Les pressions de la BaFin, la tutelle de Deutsche Bank, ont largement contribué à torpiller le fixing de Londres.

L’autorité des marchés britannique, la FCA, a demandé à la banque allemande de différer son retrait de trois mois, le temps de trouver une solution alternative. La London Bullion Market Association, qui rassemble les acteurs de ce marché, a annoncé hier le lancement d’une consultation pour trouver un autre moyen d’établir un prix de référence quotidien pour l’argent. «HSBC reste engagé sur le marché de l’argent et est prêt à engager des discussions avec d’autres participants», a indiqué un porte-parole.

Certains observateurs jugent d’ailleurs dépassé le modèle d’un fixing quotidien entre quelques membres. Ce prix de référence est plus particulièrement utilisé par les sociétés minières et les industriels. Les cours spot de l’argent sont par ailleurs cotés en continu, et des contrats futures traités sur le marché américain Comex, filiale du CME. Si le fixing de l’or, deux fois par jour à Londres, peut encore fonctionner avec quatre membres, la réforme de l’indice de référence du métal jaune semble elle aussi inéluctable.

A lire aussi