«Les forces déflationnistes pourraient enrayer le rebond de l’économie mondiale»

le 12/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malik Haddouk, directeur de la gestion diversifiée chez CPR AM

L’Agefi : Pourquoi avez-vous si fortement réduit votre exposition aux actions?

Malik Haddouk: Dans l’attente d’une désescalade des tensions géopolitiques entre l’Ukraine et la Russie, nous avons pris nos bénéfices ce mois-ci après la remontée de la plupart des indices boursiers, tout en maintenant une exposition agressive de plus de 60% sur les actions, en privilégiant la zone euro et les Etats-Unis. Même si l’embellie économique semble se confirmer, le maintien de forces déflationnistes pourrait enrayer le rebond de l’économie mondiale. Par ailleurs, les investisseurs sont dans l’attente d’une nouvelle action des banques centrales (européenne et japonaise) pour accentuer leur exposition aux actions, à condition que la croissance des bénéfices des entreprises soit au rendez-vous. 

Quels sont selon vous les principaux risques sur le marché obligataire?

Le marché obligataire nous apparait cher à ce stade, mais les investisseurs poursuivent leur recherche de rendement. On a de nouveau observé en avril un énorme appétit pour les émissions obligataires, qu’elles soient privées ou publiques. Les entreprises continuent d’émettre de gros montants de dette profitant des niveaux de taux faibles. A l’heure actuelle, le principal risque est que les investisseurs, à mesure que les rendements attendus deviennent de moins en moins attrayants, se délestent simultanément et dans un bref laps de temps de leurs investissements obligataires. Cela aurait pour conséquence une sortie massive de flux et une remontée violente des spreads et des taux souverains.

Panel Allocations CPR AM 12-05
ZOOM
Panel Allocations CPR AM 12-05

A lire aussi