«Rien n'indique que la Fed reportera très longtemps la hausse des taux»

le 14/04/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Eric Bourguignon, directeur de la gestion taux et crédit de Swiss Life Asset Managers et DGD SL Asset Management (France)

- L'Agefi : Quelle est selon vous la probabilité que la Banque centrale européenne lance un QE ?

- Eric Bourguignon : Cette probabilité est évidemment significative puisque la BCE vient elle-même d’annoncer qu’elle envisageait sérieusement de lancer une opération de quantitative easing. Mais le risque de déflation devra vraiment se concrétiser pour qu’elle décide de prendre des mesures aussi contraires à ses principes, et aussi complexes à mettre en place sur le plan technique et politique. En attendant, elle espère toujours que l’accélération de l’inflation qu’elle anticipe lui permettra d’éviter de passer à l’acte. Soyons cependant certains qu’elle n’hésitera pas à agir vigoureusement le cas échéant, comme elle nous a habitués à le faire à chaque fois que la situation en zone euro l’exigeait.

- Que retenez-vous des minutes du FOMC publiées la semaine dernière ?

- La Fed s’est employée à relativiser les propos qu’elle avait tenus à l’issue de sa dernière réunion. Ces propos avaient laissé penser que le relèvement des taux directeurs interviendrait assez mécaniquement peu de temps après la fin de son programme de quantitative easing. Il semblerait aujourd’hui que le durcissement de sa politique dépendra avant tout de l’évolution de l’emploi et de l’inflation, et qu’il pourrait donc intervenir plus tard que prévu. Compte tenu de l’amélioration de la conjoncture américaine, rien n’indique cependant que la Fed reportera très longtemps le resserrement attendu de sa politique monétaire. On peut donc s’étonner de la réaction des marchés pour ce report qui semble effectivement désormais acquis.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi