«La Fed pourrait accélérer le rythme de réduction de ses achats d'actifs»

le 24/03/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Olivier Raingeard, chef économiste de la Banque Neuflize OBC

- L'Agefi : La conférence de Janet Yellen a-t-elle modifié vos anticipations sur la politique monétaire américaine ?

- Olivier Raingeard : Le dernier comité de politique monétaire de la banque centrale américaine ne nous surprend pas vraiment. L’économie américaine s’améliore et devrait légèrement accélérer cette année grâce à la réduction de la contrainte budgétaire. Par ailleurs, le marché de l’emploi se renforce, le taux de chômage devrait poursuivre son déclin au cours des prochains mois. Enfin, les conditions financières sont bonnes, à l’instar des taux de financement des entreprises high yield qui sont sur des niveaux historiquement bas. Par conséquent, la Réserve fédérale va interrompre son programme d’achat d'actifs; elle pourrait même accélérer le rythme de réduction du programme d'assouplissement quantitatif en cours d’année. Du côté du taux directeur, nous tablons sur une première hausse au cours du premier semestre 2015

- Pourquoi estimez-vous que la BCE ne devrait pas baisser son taux de refinancement dans les six mois ?

- La Banque centrale européenne agira si les tensions sur les marchés monétaires s’accroissent ou si le risque de déflation augmente. Dans les deux cas, une baisse du taux directeur n’aurait que peu d’impact pour lutter contre ces deux risques. Nous tablons plutôt sur une action non-conventionnelle si les tensions sur les marchés monétaires s’accroissent. S’agissant du risque de déflation, compte tenu de l’amélioration de l’activité en zone euro, celui-ci diminue au moins à court terme. La BCE ne devrait donc rien faire de ce côté.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi