Londres garde l’austérité en ligne de mire

le 20/03/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les entreprises et les épargnants ont été les principaux bénéficiaires du programme budgétaire présenté hier par le chancelier de l’Echiquier

C’est un budget pour les faiseurs, les créateurs et les épargnants» ( makers, doers and savers) a conclu le chancelier de l’Echiquier britannique George Osborne lors de la présentation du budget hier pour l’année fiscale 2014-2015. A un an de l’organisation des élections générales, le ministre des finances a en effet décidé de distribuer ses bons points à sa base électorale sans pour autant dévier de sa politique d’austérité entamée en 2010.

George Osborne a indiqué que l’économie avait encore besoin d’être rééquilibrée : il a notamment donné un coup de pouce aux entreprises en décidant ainsi de doubler la prime fiscale à l’investissement à 500.000 livres dès le mois prochain. Le programme de financement à l’intention des entreprises exportatrices va également doubler à 3 millions de livres et ses taux d’intérêts vont être réduits. Dans cette distribution de cadeaux, les classes moyennes n’ont pas été oubliées : le seuil de l’exonération de l’impôt sur le revenu va être relevé à 10.500 livres par an tandis que celui de la tranche des revenus imposée à 40% va passer de 41.450 à 41.865 livres. Les particuliers vont également bénéficier d’un assouplissement des règles de l’épargne : les retraités ne seront plus contraints de convertir leurs retraites en rentes viagères et ils seront aussi autorisés à souscrire des obligations d’Etat, susceptibles de leur assurer de meilleurs rendements...

Revers de la médaille, le gouvernement va encore réduire son intervention en plafonnant l’ensemble des aides publiques à 119 milliards de livres en 2015-2016, un montant qui progressera graduellement à 127 milliards de livres en 2018-2019 conformément au taux d’inflation. Cette politique d’aide sélective a été portée par une amélioration des conditions économiques : les perspectives de croissance ont été relevées à 2,7% cette année, comparés à une estimation préalable de 2,4%, et à 2,3% au lieu de 2,2% pour 2015.

Par effet de rebond, les prévisions de déficit ont été révisées à la baisse à 108 milliards de livres cette année, soit 12 milliards de moins qu’anticipé l’an dernier, puis à 95 milliards en 2014-2015, et 75 milliards en 2015-2016. Un hypothétique excédent de 5 milliards de livres est attendu en 2018-2019. Le DMO, l’agence publique de gestion de la dette, a ainsi ramené à 128,4 milliards de livres son programme d'émission de Gilts en 2014-2015, une baisse de 25 milliards.

A lire aussi