Les économistes restent plutôt confiants sur les perspectives de reprise en zone euro

le 21/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après les chiffres de croissance meilleurs qu'attendu au dernier trimestre, les indices PMI en léger recul ne suffisent pas à dissiper l'optimisme

La première estimation de l’indice des directeurs d’achat publiée par Markit est en légère baisse en février. Cela n’empêche pas beaucoup d'économistes de rester plutôt confiants sur les perspectives de reprise en zone euro.

L’Indice PMI Flash composite était à 52,7 ce mois-ci contre 52,9 un mois plus tôt. L’activité continue de se développer dans le secteur des services, où l’indice ressort à 51,7 en février (contre 51,6). Elle semble se replier dans le secteur manufacturier où l’indice est en léger recul à 53 (contre 54).

Cette baisse «indique que la reprise demeure fragile et inégale», réagit Chris Williamson, chef économiste de Markit. L’indice reste cependant au-dessus du niveau de 50 signalant une expansion de l’activité et, «si le léger ralentissement de la croissance est décevant, il est toutefois trop tôt pour en tirer des conclusions, un mois de données étant insuffisant». L'économiste table toujours sur une croissance de 0,5% au premier trimestre 2014, soit un plus haut depuis trois ans.

La recherche d’UniCredit voit aussi le verre à moitié plein : «le mouvement d’amélioration de la croissance en zone euro a fait une pause aujourd’hui, mais la tendance à la hausse reste intacte». Et de prédire une croissance de 1,5% en 2014. La recherche de Barclays assure que les indicateurs «restent en ligne avec notre vision selon laquelle une reprise modeste est en cours dans la zone euro» et prédit en PIB en hausse de 0,3% au premier trimestre 2014 (d’un trimestre sur l’autre).

Beaucoup d’économistes se montrent d’autant plus positifs sur la croissance en zone euro que les chiffres du quatrième trimestre 2013 publiés récemment les ont agréablement surpris. Selon Eurostat, le PIB était en hausse de 0,3% sur les trois derniers mois de 2013 par rapport aux trois mois précédents et de 0,5% sur un an. Les données d’Eurostat semblent aussi donner tort à ceux qui président un découplage économique significatif entre la France et l’Allemagne.

L’enquête de directeurs d’achats signale cependant un recul de l’activité en France avec un indice composite à 47,6 (contre 48,9), tiré à la baisse par le secteur des services. L'activité allemande semble dans le même temps continuer sa progression (indice à 56,1 contre 55,5). De quoi rassurer, après la publication cette semaine d’un indice de confiance (Zew) en baisse pour le deuxième mois consécutif dans le pays, à 55,7 contre 61,7.

A lire aussi