Deutsche Bank lance une offensive tarifaire sur certains ETF physiques

le 11/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les frais sur encours annuels tombent à neuf points de base pour une sélection de fonds indiciels cotés à réplication directe

Après le passage en décembre dernier d'une réplication indirecte (synthétique) à une réplication directe (physique) pour 18 fonds indiciels cotés (ETF), Deutsche Asset & Wealth Management (DeAWM) fait encore évoluer sa gamme pour répondre, assure la société, aux attentes des investisseurs. La filiale de Deutsche Bank, qui affiche près de 9,5 milliards d'euros d'encours sur les ETF db x-trackers utilisant déjà la réplication physique (CAC 40, DAX, FTSE 100, FTSE 250, FTSE MIB, SMI et Stoxx Europe 600) ou encore en phase de transition, réduit les frais annuels en introduisant les «ETF Core».

Ces produits affichent des frais sur encours de 0,09% annuels, soit 9 points de base. Les premiers indices concernés sont le DAX et le FTSE 100. Cette «gamme à 9 pb» sera complétée par un ETF sur l'Eurostoxx 50, qui passera en réplication physique au cours du premier trimestre, puis par un nouveau produit sur l'indice MSCI USA.

A titre d'exemple, les frais sur encours de son ETF physique sur l'indice FTSE 100 passent de 0,30 à 0,09% par an. «Cette gamme pourra notamment intéresser les investisseurs de long terme ou appliquant des stratégies buy and hold, incorporant des actifs core dans leurs portefeuilles», souligne la société de gestion. D'après Reinhard Bellet, responsable de la gestion passive de DeAW, l'objectif  consiste non seulement à améliorer sa gamme pour les investisseurs actuels mais également à élargir sa base d'investisseurs, en représentant une alternative aux produits indiciels traditionnels non cotés en bourse qui sont assortis de frais réduits.

Une manière de répondre à une intensification de la concurrence, alors que la société pointe en seconde position en Europe. Cette attaque tarifaire suit également un exercice difficile 2013 très difficile sur les ETF pour l'opérateur allemand, avec une vague de décollecte de 5,4 milliards de dollars (3,95 milliards d'euros environ), selon BlackRock. La direction de DeAWM avait expliqué cette contre-performance par les prises de bénéfices de certains clients institutionnels sur des ETF sur le DAX.

En comparaison, iShares (BlackRock), State Street Global Advisors et Vanguard ont enregistré respectivement des flux de collecte de 20,6 milliards de dollars, 3,4 milliards de dollars et 3 milliards de dollars.

A lire aussi