«La probabilité d'une action de la BCE en mars a augmenté»

le 10/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Jean-Louis Mourier, économiste chez Aurel BGC

- L'Agefi : La baisse des rendements des Treasuries américains peut-elle durer?

- Jean-Louis Mourier : La récente baisse des rendements des Treasuries est le résultat d’un nouveau mouvement de flight to quality sous l’effet de craintes sur les marchés émergents. Paradoxalement, la volonté de la Fed d’en finir progressivement avec le QE est à la source de la performance du marché obligataire américain, qui devrait néanmoins se dégrader ces prochains mois. Avec le tapering, les rendements deviennent plus sensibles aux indicateurs économiques. La Fed a réussi jusque-là à faire passer le message d’indépendance de sa politique de taux à sa gestion du QE, mais la poursuite de l’amélioration de la conjoncture, accompagnée d’une baisse supplémentaire du taux de chômage, devraient générer des anticipations de hausse des taux directeurs. Les taux à moyen et long termes en subiront les conséquences.

- La BCE va-t-elle agir en mars?

- La probabilité d'une action de BCE en mars a augmenté. Dans leur dernier communiqué, les banquiers centraux européens ont choisi de faire explicitement référence aux informations supplémentaires dont ils disposeront alors. Mario Draghi a rajouté que la mise à jour des prévisions inclura pour la première fois des estimations jusqu’à 2016. Les perspectives d’inflation à horizon deux ans importeront. Reste le choix de l’instrument. La BCE devrait privilégier une mesure d’injection «autoritaire» de liquidités pour accompagner la «normalisation» du marché interbancaire tout en passant un message de sa volonté de faire remonter l’inflation pour éviter le risque de déflation.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi