L'Ukraine tente une nouvelle manœuvre pour calmer les tensions

le 10/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque centrale du pays a imposé vendredi un strict contrôle des achats de devises étrangères par les résidents et dévalué la hryvnia de 9%

L’Ukraine tente de ramener le calme. Après l’échec de ses interventions sur le marché des changes, la banque centrale du pays (NBU) a franchi une nouvelle étape en imposant vendredi un délai minimum de six jours ouvrables pour les achats de devises étrangères par les entreprises et une restriction de l’accès au marché des particuliers à 50.000 hryvnia par mois. Les achats de devises étrangères pour des remboursements de prêts ou des investissements à l’étranger ont même été interdits.

«La banque centrale va renforcer ses contrôles sur les marchés pour tenter de réduire les achats spéculatifs», a-t-elle expliqué, en précisant que ces mesures sont temporaires.

La population ukrainienne s’est ruée vers les devises étrangères en décembre avec un quadruplement de ses achats, qui ont atteint 940 millions de dollars. «Un phénomène qui a certainement encore gagné en ampleur en janvier du fait des tensions politiques locales et des inquiétudes quant à la poursuite de l’aide fournie par la Russie», estime BoA ML. La croissance russe a été nulle en décembre, et de seulement 1,3% sur l’année 2013, son plus faible rythme depuis 2009, après 3,4% en 2012. Dans ce contexte, Barclays estime que «la deuxième tranche de prêt de la Russie ne devrait pas être transférée à la NBU d’ici à fin février. Or, la poursuite des fuites de capitaux et les 650 millions de dollars à rembourser au FMI devraient porter un nouveau coup à ses réserves».

Les interventions répétées de Kiev sur le forex ont conduit à une chute des réserves de changes du pays de 2,6 milliards de dollars en un mois à 17,6 milliards, leur plus faible niveau depuis 2006. Sans abandonner son arrimage au dollar, la NBU a ainsi été contrainte vendredi de dévaluer le taux de change officiel de la hryvnia de 9%, en le ramenant de 7,99 pour un dollar à 8,7. Sur le marché, la devise avait déjà franchi le seuil de 9, soit une chute de 7% depuis le début de l’année, la plus importante derrière celle du peso argentin. Elle refluait légèrement à 8,85 vendredi après l'annonce des mesures.

Jeudi, le rendement des obligations de maturité juin 2014 libellées en dollar s’était envolé de 191 pb pour atteindre 16,67%, sa plus forte hausse depuis l’annonce du plan de sauvetage russe le 17 décembre. Dans le même temps, le niveau des CDS à 5 ans progressait de 86 pb à 1.086 pb, son plus haut niveau depuis le 10 décembre. Et Fitch a dégradé la note de deux crans, de B- à CCC.

A lire aussi