La BCE précise les modalités de l'évaluation des banques européennes

le 04/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La méthode de l'AQR sera connue à la fin du trimestre. Les banques auront plus ou moins de temps pour combler leur manque de capitaux

La Banque centrale européenne (BCE) a levé hier un nouveau coin du voile sur le calendrier et les modalités de son évaluation des banques, destinée à restaurer la confiance dans le secteur avant qu'elle ne devienne superviseur unique.

L'institution devrait avoir terminé sa méthode de revue de qualité des actifs (AQR) d’ici à la fin du premier trimestre. Pour l’heure, elle sélectionne les portefeuilles qu’elle passera à la paille de fer. Il s’agit pour elle de choisir les plus risqués sachant qu’ils doivent représenter 50% des actifs pondérés par le risque d’une banque.

Ce travail devrait être terminé à la mi-février alors que l’analyse de la qualité des actifs commencera en mars. La BCE se fera aider d’institutions privées pour analyser les expositions des banques au risque de crédit, leurs provisions, leur garanties, leurs actifs immobiliers ou encore leurs actifs dits de niveau 3 qui sont illiquides et difficiles à valoriser.

La banque centrale a souligné que les tests de résistance intégreront les résultats de l’examen de la qualité des actifs. L’Autorité bancaire européenne (EBA) a déjà précisé certaines modalités de ces tests le 31 janvier. Les scénarios de base et défavorable doivent toujours être établis par le comité européen du risque systémique (ESRB) et communiqués d’ici à la fin du mois d’avril.

«Comme les résultats des stress tests pour les banques qui sont sujettes à l’exercice d’évaluation globale incluent les besoins en capitaux résultant de la revue de qualité des actifs, les résultats finaux devraient être plus exigeants que lors de précédents exercices», précise la BCE dans sa note explicative.

Si l’application du scénario de base des tests de résistance démontre qu'une banque manque de capitaux, ces derniers devront être levés par l'institution à court terme. En revanche, si les tests montrent que c’est seulement dans le scénario le plus défavorable que les banques manquent de fonds propres, elles auront plus de temps pour remédier à cette situation. La BCE précise que certains instruments convertibles en capital pourront combler les besoins dans ce scénario.

«Des mesures en termes de fonds propres et de provisionnement ont été prises depuis l’annonce de l’exercice. Les banques anticipent les préparatifs relevant de l’évaluation complète et consolident leurs bilans, ce qui mérite d’être salué», a affirmé dans un communiqué le vice-président de la BCE, Vitor Constancio.

A lire aussi