«Les marchés périphériques ne souffriront pas de la stratégie de la Fed»

le 27/01/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

René Defossez, stratégiste taux chez Natixis

- L'Agefi : Comment la BCE pourrait-elle passer à l'action ?

- René Defossez : La BCE a plusieurs défis : lutter contre la déflation, réduire la fragmentation en zone euro (écart entre les rendements réels des obligations souveraines, entre les taux des prêts accordés aux entreprises, etc.), stimuler la croissance (en réduisant si possible les divergences de performance), enfin régler les problèmes de liquidité comme ceux qui ont conduit à la hausse récente de l'Eonia. Les outils diffèrent selon les objectifs. Les problèmes de liquidité peuvent être réglés par des outils tels qu'une nouvelle baisse des réserves obligatoires ou l'arrêt de la stérilisation des SMP. La BCE peut essayer de stimuler la croissance et le crédit par une nouvelle baisse de taux ou un «Funding for Lending» à l'européenne, exclusivement dédié aux entreprises.

- Quel peut-être l'impact du «tapering» américain sur les taux européens ?

- Le marché anticipe pour l'instant la fin de l'assouplissement quantitatif (QE) à la fin de l'année. Le fait que cela soit déjà anticipé devrait avoir assez peu d'impact supplémentaire sur les taux longs américains, a fortiori sur les taux longs européens. Nous ne pensons pas que les marchés périphériques souffriront de la stratégie de la Fed. Cela dit, le rythme du tapering actuellement anticipé pourrait être modifié en fonction des chiffres. En particulier, si l'emploi se montre moins dynamique que prévu, la Fed ralentira le tapering, ce qui constituera une bonne surprise pour les taux en général, européens en particulier. Rappelons que dans tous les cas, les taux des Fed funds resteront durablement très bas.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi