La hausse de la liquidité devrait détendre le taux au jour le jour en euro

le 22/01/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Près de 50 milliards d'euros supplémentaires sont revenus dans le système hier. De quoi faire reculer l'Eonia, qui atteint des niveaux inégalés depuis fin 2011

La BCE met de l’huile dans les rouages du marché monétaire. Alors que le taux Eonia au jour le jour remonte rapidement depuis plusieurs séances, les deux opérations menées hier par la banque centrale ont permis de réinjecter près de 50 milliards d’euros de liquidités supplémentaires dans le système bancaire.

Lors de son opération (MRO) à 7 jours, la BCE a en effet alloué hier matin 116,3 milliards d’euros, alors que 94,7 milliards arrivaient à maturité. Deux heures plus tard, la transaction destinée à stériliser son programme de rachats d’obligations d’Etat dans la périphérie de la zone euro (le SMP, mené en 2010 et 2011) a échoué à faire le plein: la banque centrale n’a drainé que 152 milliards sur sa cible de 177,5 milliards. C’est la quatrième fois lors des six dernières semaines que le SMP n’est pas stérilisé en totalité.

Ce regain de liquidité devrait alléger les tensions sur l’Eonia, dont le fixing est attendu ce matin. Le taux a grimpé à 0,359% lundi, alors qu’il oscillait autour de 15 points de base une semaine auparavant, dépassant ainsi le taux refi de la BCE (0,25%) pour la première fois depuis juin 2011. A 15 pb sur les échéances plus longues, la courbe des Eonia s’est inversée, les marchés pariant sur une intervention de la BCE. Ces tensions se sont aussi répercutées sur le marché de la pension livrée (repo).

Au-delà des effets calendaires liés à la période de constitution des réserves, et de la baisse des liquidités excédentaires à 131 milliard d’euros avant la MRO d’hier, la vigueur de cette hausse a surpris les analystes. «Certaines banques en manque de liquidités rechignent à utiliser la BCE pour ne pas être montrées du doigt», estimaient hier matin les stratégistes de Citigroup. Mais le nombre de participants à la MRO d’hier (212), bien supérieur aux 87 de la semaine précédente, montre que les banques européennes n’ont pas eu ces scrupules. CreditSights relève par ailleurs que les volumes de prêts interbancaires non sécurisés au jour le jour, réalisés au taux Eonia, progressent – un signe de normalisation du marché monétaire.

Pour la plupart des observateurs, les taux monétaires devraient repasser sous le refi alors que le niveau de liquidités reste confortable. «La BCE aura moins de pression immédiate pour changer l’un de ses taux à sa réunion de février», indiquent les stratégistes de RBS.

A lire aussi