«La Fed devrait arrêter complètement son programme de rachats d'obligations vers la fin de 2014»

le 13/01/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Guillaume Rigeade, gérant allocation d'actifs chez Edmond de Rothschild AM

- L'Agefi : Que retenez-vous de la réunion mensuelle de la BCE ?

- Guillaume Rigeade : La BCE n'est pas dans une situation facile : la situation économique demeure fragile et l'inflation est basse et continue de ralentir. Mario Draghi a cherché à se montrer le plus accommodant possible sans avoir à agir concrètement aujourd'hui. Il a de nouveau insisté sur la forward guidance, il a indiqué avoir à sa disposition des instruments pour agir si nécessaire, c'est-à-dire par exemple si l'inflation continue de baisser. Ce qui ressort de la réunion de la BCE, c'est une conviction toujours très forte que les taux de maturités courtes vont rester bas pour très longtemps et les marchés obligataires européens pourraient présenter des opportunités d'investissement en cas de remontée prématurée des rendements obligataires.

- Qu'attendez-vous de la Fed dans les trois prochains mois ?

- Ben Bernanke a réussi à dissocier les anticipations de politiques monétaires et la fin progressive du programme d'assouplissement quantitatif (tapering). Nous nous attendons à ce que la Fed continue de ralentir le rythme des achats d'obligations à chacune de ses prochaines réunions, jusqu'à arrêter complètement son programme vers la fin de l'année. Mais ce qui va réellement impacter les marchés obligataires sera le timing de la normalisation monétaire, la première hausse de taux directeurs et conformément à sa forward guidance, nous nous attendons à ce que la Fed ne touche pas à ses taux directeurs dans les prochains mois, même dans un contexte de nette accélération des fondamentaux économiques. En conséquence, nous envisageons le 10 ans américain à 3,5% d'ici la fin 2014, avec peu de volatilité dans la première partie de l'année.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi