La force du won inquiète les autorités et entreprises de la Corée du Sud

le 03/01/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour l'instant, les exportations sud-coréennes se portent bien mais la faiblesse du yen pourrait les menacer

La faiblesse du yen, encouragée par la politique monétaire japonaise, inquiète les dirigeants sud-coréens et menace de pénaliser les entreprises du pays. Hier, le cours de l'action Samsung a chuté de près de 5% à 1.302 millions de wons alors que les analystes, soucieux de la force de la devise nationale, prédisent des résultats en baisse. Un panel prévoit en moyenne que le résultat opérationnel devrait ressortir en baisse de 3,6% au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent.

Les fabricants d’automobiles Hyundai et Kia Motors s’attendent quant à eux à ce que la croissance de leur vente cette année soit de 4,1% avec 7,8 millions de véhicules livrés. Ce serait la plus faible progression enregistrée depuis 2006, selon Bloomberg. Après l’annonce de ces prévisions, les titres Hyundai et Kia ont chuté respectivement de 4,4% et de 6,1% hier.

Le won s’est renforcé de près de 25% face au yen l’année dernière, alors que la banque centrale japonaise tente de soutenir l’économie grâce à un programme de rachats d’actifs massif. La devise coréenne s’est par ailleurs légèrement renforcée (de 1,01%) face au dollar au cours des douze derniers mois.

Pour le moment, les exportations sud-coréennes se portent pourtant bien. Elles ont progressé de 7,1% en décembre, soit plus que prévu par les analystes. Elles devraient croître de 6,4% cette année, contre une progression estimée de 2,2% en 2013 et un recul de 1,3% en 2012, selon les chiffres du ministère coréen du commerce, de l’industrie et de l’énergie. «Les Etats-Unis et les économies avancées sont en train de connaître une reprise et la Chine devrait continuer à croître, ce qui est de bon augure pour nos exportateurs», a déclaré le ministre avant de reconnaître que «le renforcement du won face au dollar et au yen est une menace».

Un banquier central coréen a aussi présenté la volatilité de la monnaie comme le plus grand risque pour le pays, selon les minutes de l’institution publiée à la fin du mois de décembre. Ce banquier a également estimé que si le yen continuait de se déprécier, cela pourrait avoir un «impact» significatif sur les exportations. Les politiques coréens ont laissé entendre qu’ils pourraient agir contre la force du won, sans pour autant détailler la façon dont ils s'y prendraient.

A lire aussi