La Chine porte un coup à l'essor du bitcoin

le 19/12/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En interdisant de fait à ses citoyens d'acheter de nouveaux bitcoins, Pékin a fait plonger hier le prix de la monnaie virtuelle

Le bitcoin perd de son lustre en Bourse. Le prix de la monnaie virtuelle a connu hier une correction sévère, perdant jusqu’à 38%, avant de se reprendre au-dessus des 500 dollars, après les annonces de nouvelles mesures restrictives en Chine. On est désormais loin du sommet de 1.156 dollars atteint fin novembre, même si le bitcoin ne valait encore que 100 dollars début octobre.

La Chine, devenue le premier marché mondial de la monnaie virtuelle, est intervenue à plusieurs niveaux. BTC China, la plus grande plate-forme d’échange électronique de bitcoins du pays, a indiqué qu’elle ne pouvait plus accepter de nouveaux dépôts en renminbis de la part de clients. «Nous devons nous plier aux règles du gouvernement chinois», a indiqué son directeur général Bobby Lee. Une autre plate-forme, OKCoin, a reçu les mêmes ordres, selon un communiqué de la société.

Les dépôts et retraits de bitcoins ainsi que les retraits de dépôts existants en renminbis ne seront pas affectés. Du moins pour quelques semaines: selon China Business News, la banque centrale a demandé à une dizaine de prestataires de services de paiement de cesser d’assurer la compensation des plates-formes électroniques. Ces sociétés sont des rouages essentiels du commerce en ligne en Chine en permettant aux particuliers de transférer de l’argent pour leurs achats à partir de leurs comptes courants. Cette décision rend quasiment impossible les nouveaux achats de bitcoins.

Pékin s’était déjà illustré le 5 décembre en interdisant aux institutions financières et aux sociétés de paiement du pays d’acheter et de vendre des bitcoins ou d’en fixer les prix. Les autorités craignent en effet de perdre la main sur leur politique de contrôle des changes, la monnaie virtuelle permettant d’échanger du yuan contre des devises étrangères.

A l’image de la Banque de France ou de l’Autorité bancaire européenne, les régulateurs ont multiplié ces dernières semaines les rappels à l’ordre autour des monnaies virtuelles. Certains praticiens en soulignent pourtant les avantages, comme un coût de transaction très inférieur aux cartes bancaires et à Paypal, et la confiance qu’inspire la quantité limitée de bitcoins en circulation «C’est la crise chypriote et la ponction des comptes bancaires qui a fait apparaître le bitcoin comme un moyen de protéger son épargne et de la déplacer facilement à l’autre bout du monde», affirme pour sa part la Banque Delubac & Cie.

A lire aussi