Le haut rendement a électrisé le marché du crédit euro en 2013

le 17/12/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le volume des émissions primaires en euros atteint 87,6 milliards depuis le début de l'année, après un record de 57,5 milliards en 2012

Le compartiment du haut rendement (HY) a été la star du marché du crédit cette année. Le volume des émissions primaires en euros ressort en effet à quelque 87,6 milliards d’euros depuis le début de l’année 2013, selon Tullett Prebon. Un montant en hausse de 50% par rapport aux 57,5 milliards d’euros levés sur le marché primaire HY euros en 2012, qui constituait déjà une année record sur ce segment. Sur le seul mois de décembre 2013, le volume d’émission a même atteint 5,2 milliards, avec 14 émetteurs qui sont venus sur le marché.

«La recherche de rendement a été déterminante en 2013 dans la performance relative des classes d’actif», explique ainsi Natixis. Si les dettes corporates hybrides et les obligations sécurisées («covered bonds») ont affiché cette année des rendements de respectivement 5,4% et 3,9%, le HY a largement surperformé les autres actifs avec un rendement total de 6,9% au 6 décembre et un ratio «Sharpe» de 2,5 fois, selon Natixis.

Et ceci dans un contexte de reflux du taux de défaut HY en Europe à 3,1% fin novembre, après 3,4% en octobre, selon Moody’s. Il revient ainsi vers les 2,7% enregistrés il y a un an. L’indice iTraxx Crossover s’est d’ailleurs resserré à 317 pb, alors qu’il était d’environ 450 pb en début d’année. Sur la dette euro notée au maximum «CCC», les spreads sont même tombés à 788 pb, alors qu’ils étaient de 1.182 pb fin 2012 et 2.459 pb fin 2011. En moyenne, les spreads sur le HY euro ont été divisés par près de 3 en deux ans, pour revenir à 374 pb.

Dexia AM met notamment en avant le cycle de désendettement des entreprises en Europe. «Elles continuent à assainir leur bilan, présentent un taux de défaut effectif plus faible que leurs homologues américaines et les taux allemands restent bas contrairement aux taux américains en hausse depuis quelques mois». Le spread entre le rendement des Treasuries et celui du Bund à 10 ans a franchi le seuil des 100 pb, et reste sur ses plus hauts niveaux depuis 2006.

Dans ce contexte, la Société Générale prévoit des émissions HY qui consolident à 60 milliards d’euros en 2014. «Les secteurs à haut bêta n’offrent pas seulement le meilleur rendement mais sont également moins sensibles à une hausse des rendements du Bund», indique la banque, qui précise que la hausse du taux allemand la semaine dernière a retiré 50 pb au rendement des obligations «investment grade», mais n’a eu aucun impact sur celui du HY, qui est resté à 8,6%.

EMISSIONS CREDITS
ZOOM
EMISSIONS CREDITS

A lire aussi