Les gestionnaires alternatifs suisses Gottex et EIM s’unissent pour repartir de l’avant

le 17/12/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les actionnaires actuels du premier détiendront 70% d’un nouvel ensemble visant 10 milliards de dollars d’actifs sous gestion à fin juin

Après avoir soufflé l’an dernier les vingt bougies d’EIM Group, son fondateur Arpad Busson s’est résolu à espérer que l’union fait la force. Le gestionnaire alternatif suisse, spécialiste des fonds de fonds, et son concurrent et compatriote Gottex Fund Management, ont en effet annoncé hier leur rapprochement. Le nouvel ensemble, qui vise 10 milliards de dollars d’actifs sous gestion d’ici à fin juin (contre 3,0 et 5,8 milliards respectivement à fin septembre), sera détenu à hauteur de 71% par les actionnaires actuels de Gottex. La transaction se fera par échange de titres, les actionnaires d’EIM recevant 14 millions de nouveaux titres Gottex, ce qui valorise la cible à 31,5 millions de francs suisses (25,8 millions d’euros) sur la base du cours de clôture de Gottex vendredi à Zurich. Soit un peu plus de 1% des encours.

La transaction donne naissance à un groupe «vraiment mondial» basé en Suisse et disposant de bureaux à Londres, Boston, New York, Hong Kong et Shanghai. L’argument de la taille critique est mis en avant aux côtés de «synergies opérationnelles substantielles», particulièrement par la mise en commun des bureaux et des systèmes. Et Arpad Busson, qui prendra la présidence non exécutive tandis que le patron de Gottex, Joachim Gottschalk, conservera la direction générale, de se dire «convaincu que le nouvel ensemble nous donnera les ressources nécessaires pour répondre aux demandes croissantes des investisseurs et de régulateurs mondiaux».

Les actifs des fonds de hedge funds ont pourtant fondu de 80% depuis 2007 selon Hedge Fund Research, les investisseurs s’épargnant une couche de frais pour s’engager directement auprès des gestionnaires alternatifs. Ceux de Gottex et d’EIM ont culminé en 2008 à 16 et 14 milliards de dollars respectivement.

Les parties ne manquent pas d’ambition, souhaitant «faire progresser de façon significative le montant des actifs sous gestion au cours des deux prochaines années», notamment en «continuant à participer à la consolidation du secteur». Gottex poursuit d’ailleurs son offensive en s’alliant à EIM, après avoir notamment annoncé le mois dernier la création d’une coentreprise en Chine avec VStone Asset Management.

Arpad Busson, qui revendique son engagement à long terme, ne doute pas que la présence de Gottex dans le «club très privé» des gestionnaires de plus de 10 milliards de dollars lui permettra de séduire nombre de compagnies d’assurance, de fonds de pension ou des fonds souverains.

A lire aussi