L'échéance du «tapering» de la Fed se rapproche

le 16/12/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Une minorité d'économistes attend une annonce mercredi, pour la dernière conférence de presse de Ben Bernanke

Illustration: Audrey Millet

La Réserve fédérale américaine (Fed) va-t-elle «taper» dès cette semaine? Si le consensus reste majoritairement tourné vers un lancement officiel du ralentissement des rachats d’actifs de l’autorité monétaire en début d’année 2014, l’amélioration des indicateurs d’activité ainsi que la levée des incertitudes budgétaires ont conduit une minorité croissante d’économistes à envisager une annonce du «tapering» dès la prochaine réunion de son comité de politique monétaire (FOMC) qui s’achèvera mercredi. La Fed ne serait pas à une surprise près.

L’adoption vendredi dernier à la Chambre des Représentants, dans une proportion très large, de l’accord bipartisan trouvé quelques jours plus tôt pour fixer le budget fédéral sur les deux prochaines années avec un relèvement des limites de dépenses de 62 milliards de dollars, offrira un soutien à la croissance américaine.

«Le Congrès devra toutefois relever le plafond de la dette l’an prochain, mais les progrès notables réalisés jusqu’à présent rendent le risque de blocage peu probable», note RBS. Or, fait inédit, «depuis 2010, les dépenses du gouvernement ont amputé presque systématiquement la croissance aux Etats-Unis», rappelle la société de gestion GaveKal.

La révision à la hausse de la croissance du PIB à 3,6% au troisième trimestre, certes liée à la contribution des stocks qui pèseront sur l’activité de fin d’année, traduit la bonne dynamique de l’économie américaine. La Société Générale anticipe une croissance de 2,9% au quatrième trimestre, soit un rythme de 3,3% au second semestre, après 1,8% au premier, et 2% en moyenne en 2012.

En outre, la hausse plus forte que prévu des ventes au détail sous-jacentes de 0,5% (+3,5% sur un an) en novembre a envoyé un signal positif sur la consommation des ménages, principal moteur de la croissance américaine. BNP Paribas attend une accélération de la hausse de la consommation réelle à plus de 2% au quatrième trimestre, après 1,3% au trimestre précédent. Un rythme supérieur à son potentiel qui se prolongera sur 2014, selon ING. Deutsche Bank table d’ailleurs sur une hausse du PIB de 3,2% en 2014 et de 3,8% en 2015.

Dans ce contexte, «les craintes sont très fortes que la Fed débute son tapering dès la semaine prochaine. La fin des incertitudes budgétaires ou la solidité de la croissance américaine retirent des arguments aux colombes du FOMC», estime Aurel BGC. Depuis fin octobre, le rendement des Treasuries à 10 ans a progressé de 38 pb pour atteindre 2,88%, à quelques points des 3% atteints en septembre. «La Fed ne fera pas une deuxième fois l’erreur d’annoncer clairement son tapering à l’avance», prévient en outre ING.

Ben Bernanke a fixé trois conditions pour déclencher le «tapering»: amélioration du marché de l’emploi, reprise auto-entretenue de la croissance de l’activité et retour de l’inflation vers l’objectif de 2%. Or, l’amélioration du taux de chômage est entachée par la baisse du taux de participation avec un nombre total d’emplois toujours inférieur de 1,3 million à son plus haut de janvier 2008.

Mais ce sont surtout «les indices de prix (qui) pourraient devenir l’argument ultime des colombes de la Fed pour retarder le tapering», comme l’indique Aurel BGC. A 1,1%, l'indice sous-jacent des prix à la consommation PCE suivi par la Fed reste encore loin de son objectif.

Tapering de la Fed : l'échéance se rapproche. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Tapering de la Fed : l'échéance se rapproche. Illustration L'Agefi.

A lire aussi