Les indices actions cherchent leur second souffle

le 21/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après le rattrapage des multiples, les analystes comptent sur la croissance des bénéfices pour tirer les performances

Les actions mondiales ont pris 40% depuis septembre 2011.

Avec une hausse de près de 16% sur 2013 et de 38% depuis deux ans pour l’indice Stoxx Europe 600, la performance des Bourses européennes atteint des niveaux impressionnants. Trop même, selon certains observateurs, qui anticipent une correction à court terme à l’image de PrimeView. Alors que la compression des primes de risque, alimentée par la politique des banques centrales, a nourri le rattrapage des indices actions depuis 2012, les analystes comptent désormais sur la croissance des bénéfices pour que le mouvement se poursuive.

«Les actions mondiales ont pris 40% depuis septembre 2011. Cela est entièrement dû à un ‘re-rating’ de la classe d’actifs dans la mesure où les bénéfices par action sont restés stables», rappellent les stratégistes de Citigroup. Cette revalorisation s’est traduite par une hausse des multiples de cours sur bénéfices (PER). Ceux-ci restent encore légèrement inférieurs à leur moyenne de long terme de 15 fois en Europe, soulignent les analystes actions de HSBC.

Dans un contexte où la BCE reste accommodante mais où la Fed pourrait resserrer le robinet des liquidités début 2014, la revalorisation des PER offre moins de potentiel. «La nature des rendements actions va changer en 2014 et ne pourra provenir seulement de la hausse des multiples. Il nous faut une croissance des bénéfices par action», estiment les stratégistes de Citigroup.

Heureuse coïncidence, les analystes actions tablent en 2014 sur une croissance des BPA des entreprises après plusieurs années consécutives de baisse. Le consensus, qui attend une contraction de 2% des bénéfices par action cette année en Europe, espère une progression de 12% l’an prochain. Un vrai point d’inflexion, et la promesse de rendements bien supérieurs à l'obligataire, même si ce consensus est encore révisé régulièrement à la baisse. La saison décevante de publication des résultats au troisième trimestre a ainsi conduit sur le mois écoulé les analystes sell-side à diminuer de 1,3% leurs anticipations de résultats 2014 sur le Stoxx 600.

Les derniers résultats plaident par ailleurs en défaveur de l’Europe. De nombreuses entreprises ont déçu le consensus, pénalisées notamment par des effets de change liées à la vigueur de l’euro. Et ce, alors que depuis six mois le discours dominant a favorisé les actions européennes. Cela s’est traduit par un timide retour des flux sur la zone, pour l’essentiel par le biais de fonds indiciels cotés (ETF). «Nous ne voyons pas de signes d’un mouvement agressif des investisseurs vers les actions européennes», précise HSBC.

«Depuis quinze jours, nous rebasculons vers les Etats-Unis pour des questions de valorisations, explique d'ailleurs Sylvain Goyon, stratégiste actions chez Natixis. L’Euro Stoxx a continué à monter en octobre alors que les résultats du troisième trimestre ont été très décevants, avec 50% de publications sous les attentes en Europe contre trois quarts de surprises positives pour les entreprises américaines. Les Etats-Unis offrent aujourd’hui une visibilité supérieure sur la croissance des résultats». Une visibilité que l’hypothèse d’un «tapering» de la Fed au premier trimestre 2014 pourrait cependant vite brouiller, du moins pour les premiers mois de l'année prochaine.

Les actions mondiales ont pris 40% depuis septembre 2011.
ZOOM
Les actions mondiales ont pris 40% depuis septembre 2011.

A lire aussi