La BoE tempère les anticipations de remontée des taux

le 21/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les minutes rappellent que la baisse du chômage est une condition nécessaire mais pas suffisante au resserrement de la politique monétaire

Les banquiers centraux britanniques relativisent les chances d’une remontée rapide du taux directeur. Dans les minutes de leur réunion du mois de novembre, ils soulignent que la seule baisse du chômage, présentée comme un élément déterminant pour l’évolution de la politique monétaire de la Banque d’Angleterre (BoE), ne les conduira pas automatiquement à devenir moins accommodants.

«Sous réserve que les anticipations d’inflation à moyen terme restent suffisamment bien ancrées, les prévisions de croissance et d’inflation avec un taux directeur constant montrent qu’il pourrait être pertinent de ne pas relever le taux directeur dès que le taux de chômage aura atteint le seuil de 7%», estiment les banquiers qui, sans surprise, ont maintenu début novembre à l'unanimité le taux directeur à 0,50% et le programme de rachat d’actifs à 375 milliards de livres.  

Dans le cadre de sa politique d’orientation des anticipations (forward guidance) initiée cet été, la BoE a indiqué qu’elle reconsidérerait le niveau du taux directeur une fois que le taux de chômage, qui était encore à 7,7% en août, tomberait à 7%. Mark Carney a rappelé la semaine dernière que dans ce cas, la BoE entamerait une discussion sur la politique monétaire mais qu'il ne fallait pas préjuger de ses résultats. Beaucoup sur les marchés s’attendent à ce que le seuil de 7% soit atteint en 2015. La BoE prévoyait initialement que le chômage ne décroîtrait pas jusqu’au niveau désiré avant 2016 mais, compte tenu d’une croissance plus élevée que prévu (à 0,8% au troisième trimestre), elle a estimé dernièrement que cela pourrait arriver dès la fin de 2014.

«Les minutes de la BoE sont un peu plus accommodantes qu’attendu», estime le stratégiste change de Citi, Valentin Marinov. Hier la livre reculait légèrement face à l’euro pour tomber à 0,83 en fin de journée. Les taux des titres d’Etat britanniques sont quant à eux restés plutôt insensibles à la publication des minutes.

«Les minutes de ce mois n’apportent pas beaucoup d’éclairage sur les options politiques une fois que le seuil de taux de chômage aura été atteint, bien que nous nous attendions à ce que les préoccupations restent centrées sur la croissance et le niveau d’activité», déplore Blerina Uruçi, économiste chez Barclays. Selon elle, la BoE devrait maintenir sa politique monétaire inchangée jusqu’au troisième trimestre de 2016.

A lire aussi