«Une baisse supplémentaire des taux directeurs ne peut être écartée»

le 18/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sébastien Ribeau, gérant monétaire chez Lazard Frères Gestion

- L'Agefi : Quel a été l’impact sur le marché monétaire de la baisse surprise de 25 pb des taux directeurs de la BCE ?

- Sébastien Ribeau : Le marché n'avait pas anticipé de réaction aussi rapide de la part du Conseil des gouverneurs après la publication fin octobre de l'inflation à seulement 0,7%. Les anticipations ont clairement été renforcées à la baisse même si le mouvement avait été initialisé dès septembre avec le report du «tapering» par la Fed. Le forward Eonia 1an/1an a ainsi perdu 10 pb supplémentaires à 0,2%. Les yeux sont désormais rivés sur début décembre avec la publication de l'inflation de novembre et l'annonce des prévisions de la BCE pour 2015. En cas de poursuite de la baisse de l'inflation et d'une appréciation de l'euro, une baisse supplémentaire des taux directeurs, y compris du taux de dépôt, ne pourra être écartée.

- Quelle conclusion tirez-vous de l'extension à mi 2015 de l'allocation illimitée aux opérations de refinancement BCE ?

- Par ce geste, la BCE a cherché à rassurer les banques sur la pérennité de la disponibilité des liquidités à un moment où l’excédent de cash passe sous le seuil symbolique des 200 milliards d'euros. La probabilité d’une VLTRO n’est pourtant pas réduite même si sa mise en place est moins urgente. Mario Draghi, à de multiples occasions, a exprimé son inquiétude sur le manque de financement des PME en Europe, notamment dans les pays périphériques. Le Conseil se donne peut-être davantage de temps afin de mettre en place un schéma alliant éligibilité des titrisations de prêts aux PME en tant que collatéral et mécanisme de type «Funding for Lending Scheme» de la Banque d'Angleterre (BoE).

Panel taux
ZOOM
Panel taux

A lire aussi