Fitch développe de nouveaux indicateurs pour comparer les titrisations

le 09/10/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'agence souhaite donner plus d'informations sur la qualité des portefeuilles titrisés. Ces indicateurs sont complémentaires à la notation

L’agence de notation Fitch veut aider les investisseurs de titrisations européennes à se faire une meilleure idée de la qualité des portefeuilles auxquels elles sont adossées en lançant deux nouveaux indicateurs, complémentaires à la notation. «Ces deux indicateurs, ainsi que leur classement en 'percentile' pour chaque classe (ou sous-classe) d’actifs sont très utiles pour les investisseurs, qui pourront désormais facilement comparer les transactions les unes avec les autres», juge dans une note, Henri de Mont-Serrat, responsable de la recherche ABS & CDO de Natixis.

L’agence a présenté son indicateur de perte attendue du portefeuille ou PLE (portfolio loss expectation) dans une note publiée en septembre. Il rend compte de la qualité inhérente du portefeuille titrisé. Il doit permettre de comparer les opérations d’une même classe d’actif et «sert aussi de guide sur les caractéristiques des actifs qui pourraient entraîner des pertes», explique Fitch. Ainsi, dans le cas d’un RMBS espagnol, un portefeuille de prêts hypothécaires originés au moment du pic du marché immobilier espagnol avec des ratios de dette (loan to value, LTV) très élevés aura un PLE plus élevé qu’un portefeuille titrisé de prêts originés avant la flambée des prix avec des ratios LTV plus bas.

Le second indicateur, nommé PLM (porfolio loss multiple) est un multiple du précédent. Il rend compte de la force du rehaussement de crédit au regard de la perte attendue du portefeuille. Dans le calcul de cet indicateur pour chaque tranche, Fitch ne tient pas compte d'autres dispositifs prévus pour amortir les pertes (par exemple de l’excess spread). Fitch précise que ces indicateurs ne sont pas des alternatives à la notation. Ils doivent être regardés comme complémentaires car dans certains cas, «la solidité fondamentale d’un portefeuille d’actifs peut être masquée dans la note de Fitch par des aspects de la structure de l’opération ou par l’environnement dans lequel elle s'inscrit».

L’agence de notation a ainsi dégradé un certain nombre d’opérations en raison du déclin de la qualité de signature de leurs pays d’émission ou de celle de la banque qui sert de contrepartie. Dans ce contexte, les indicateurs PLE et PLM doivent fournir des indications plus précises sur la robustesse des opérations. Par exemple, une tranche d’un RMBS espagnol dégradée avec la note du pays, pourrait tout de même avoir un PLM élevé.

titrisations
ZOOM
titrisations

A lire aussi