Le marché des titrisations de prêts de PME se rouvre en Italie

le 17/07/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Banca Popolare di Vicenza a placé une titrisation pour près de 1 milliard d'euros alors que la BCE espère une reprise de ce marché

Pour la première fois depuis 2006, une banque italienne, Banca Popolare di Vicenza (BPV), a émis publiquement une titrisation adossée à des prêts aux PME pour près de 1 milliard d’euros. La dernière émission publique d’ABS dans la péninsule remonte à 2011. Même si l’opération réalisée la semaine dernière était assez coûteuse pour l’originateur, ses arrangeurs veulent croire que d’autres pourraient suivre. Cela pourrait rassurer la Banque centrale européenne (BCE) qui souhaite que la titrisation facilite le financement des PME européennes.

L’opération Berica PMI a été adossée à un portefeuille de prêts à des PME italiennes d’une taille moyenne de 154.000 euros. La moitié du portefeuille est sécurisée par des propriétés immobilières. La titrisation était composée de deux tranches seniors de 981 millions d’euros notées AA+ (le plafond pour les titrisations italiennes), en plus d’une tranche subordonnée de 569 millions d’euros et d’un fonds de réserve. L’une des tranches seniors a été retenue mais sa taille a été limitée à 1 million d’euros.

L’opération a été sursouscrite et «les gestionnaires de fonds, assureurs et fonds de pension représentent 70% des investisseurs de la tranche senior, c’est un signal très important», souligne l’équipe de Société Générale qui a arrangé l’opération avec Barclays, Goldman Sachs et JPMorgan. «Nous nous attendons à de nouvelles émissions d’ABS adossées à des prêts aux PME de pays périphériques dans le futur».

La tranche senior de l’opération a cependant été placée avec une marge significative de 240 pb au-dessus de l’Euribor trois mois. «C’est une opération plus coûteuse pour BPV qu’une simple opération de liquidité auprès de la BCE», reconnaît-on à la Société Générale, avant de relativiser: «Ce marché de la titrisation est en phase de réouverture. Quand le marché des RMBS s’est rouvert au Royaume-Uni, les marges étaient autour de 180 pb. Aujourd’hui on est autour de 50-60 pb».

Dans une étude récente, Fitch se montrait moins optimiste et pointait du doigt la difficulté à trouver un modèle économique pour les ABS adossés à des prêts aux PME en Europe.

La BCE espère que la Banque européenne d’investissement et d’autres institutions permettront de redynamiser les titrisations de prêts aux PME, utiles au financement de ces dernières. Cependant, son président Mario Draghi a prévenu que ce serait difficile.

titrisations
ZOOM
titrisations

A lire aussi