Le hedge fund SAC Capital ne peut plus endiguer la fuite de ses clients

le 04/06/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Soupçonné de délit d'initié, le fonds alternatif américain s'attendait à subir jusqu'à hier le retrait de plusieurs milliards de dollars

L’heure de vérité a sonné pour SAC Capital Advisors. Jusqu’à hier soir, ses clients pouvaient récupérer les avoirs investis dans le fonds spéculatif américain, soupçonné de délit d’initiés. A l’occasion de cette fenêtre trimestrielle, 3,5 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) de sorties étaient attendues, selon le Wall Street Journal de dimanche. Soit plus de la moitié des 6,75 milliards de dollars gérés pour compte de tiers, qui incluent 500 millions d’actifs captifs de SAC Re, le réassureur maison. Au total, le hedge fund de Steven Cohen affichait jusqu’alors 15 milliards de dollars d’encours, dont 8 milliards investis par le fondateur lui-même.

Blackstone a donné le «la» la semaine dernière. Premier investisseur externe de SAC Capital, le groupe a annoncé vouloir retirer la majorité de ses 550 millions de dollars d’actifs. Le fonds de hedge funds Magnitude Capital lui a emboîté le pas, sans donner de montant. Dès fin 2012, d’autres clients avaient repris leurs avoirs, tels Citigroup et le français Lyxor.

La perte de confiance grandit à mesure que l’étau se resserre. Les autorités devront décider dans les semaines qui viennent si elles lancent une procédure pénale à l’encontre de SAC Capital. Quatre collaborateurs, actuels ou anciens, devraient témoigner cet été devant un grand jury. Steven Cohen a lui aussi reçu une convocation mais devrait s’y opposer, au nom du droit constitutionnel à l’«exemption d’auto-incrimination». Il a toutefois été entendu par la SEC, le régulateur boursier américain, dans le cadre d’une procédure civile.

Sous surveillance depuis 2006, SAC Capital s’est retrouvé en première ligne à l’automne dernier, lorsqu’un de ses anciens responsables a été accusé d’avoir obtenu des informations privilégiées sur deux laboratoires pharmaceutiques, Elan et Wyeth, et de les avoir utilisées pour un gain de trading de 276 millions de dollars. Le temps presse pour les enquêteurs avant la prescription des faits, mi-juillet. En août, tombera celle d’une autre enquête, relative au titre Dell.

Les 616 millions, versés au printemps par SAC Capital pour classer des plaintes civiles liées à ces deux cas, n’ont donc pas calmé les ardeurs de la SEC. Un autre hedge fund, Galleon, a fait les frais de sa croisade contre les irrégularités de marché. En octobre 2011, son fondateur a été condamné à 11 ans de prison.

A lire aussi