Le retournement des révisions bénéficiaires au Japon est spectaculaire

le 22/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le rebond du marché n’est pas uniquement lié à l’activisme de la BoJ

La forte accélération de l’économie japonaise impressionne: dopée par la consommation des ménages, la baisse du yen et les effets de la politique économique volontariste du gouvernement de Shinzo Abe, la croissance du PIB a en effet atteint +3,5% en rythme annualisé au 1er trimestre. Ce chiffre pourrait faire du Japon le pays du G7 affichant le rythme de croissance économique le plus élevé depuis le début de l’année !

La Bourse de Tokyo, encore proche de son plus bas en novembre dernier, a accompagné le regain d’optimisme général, le Nikkei affichant un rebond de plus de 70% sur la période. Alors que les sceptiques pointent le risque d’essoufflement de ce rally boursier en l’absence de réformes structurelles, on ne peut que constater la multiplication des signaux positifs: ceux-ci laissent espérer, pour la première fois depuis plus de deux décennies, une réalité économique japonaise bien plus souriante que prévu.

Favorisées par l’amélioration du sentiment des ménages (lié à une sensible amélioration de l’emploi) et la normalisation de la production industrielle, les entreprises japonaises voient leur rentabilité se redresser rapidement. Le ratio des révisions bénéficiaires positives par rapport aux révisions négatives des sociétés cotées est proche de 2, le Japon étant le seul pays avec la Thaïlande et l’Australie à afficher un ratio supérieur à 1. Et ce alors que les exportations japonaises, affectées par des événements exceptionnels depuis 2011, sont loin d'avoir retrouvé la tendance générale du commerce mondial. Un score bien éloigné de la réalité des sociétés cotées européennes (autour de 0,50) et surtout des sociétés coréennes (0,20) principales victimes de la compétitivité retrouvée du Japon.

nuno.teixeira@schroders.com

 

Le ratio des révisions bénéficiaires positives par rapport aux négatives des sociétés cotées est proche de 2.
ZOOM
Le ratio des révisions bénéficiaires positives par rapport aux négatives des sociétés cotées est proche de 2.

A lire aussi