L'once d'argent reste à la merci de ventes massives de la part des ETP

le 22/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le métal a accompagné la correction de l'or, mais contrairement à ce dernier, n'a pas encore connu de désinvestissements venant des fonds indiciels

L’«or des pauvres» ne fait pas mentir sa réputation de volatilité. Le prix de l’once d’argent a touché le 17 mai son point le plus bas de l’année, à 22,25 dollars, et l’a à nouveau frôlé hier, portant ainsi à plus de 26% sa baisse sur 2013. Elle accompagne ainsi, mais en l’amplifiant, la forte correction que l’once d’or a connue sur la même période.

Les deux métaux précieux sont très corrélés, les cours de l’argent suivant généralement ceux de l’or. Mais sur un point au moins, leur évolution a divergé récemment. Alors que la baisse des cours du métal jaune s’est faite ces dernières semaines sur fond de ventes nettes de la part des produits indiciels cotés, les stocks d’argent des ETP sont restés proches de leurs plus hauts niveaux. Ils atteignent 19.400 tonnes, soit 80% de la production minière de 2012.

«Cette anomalie pourrait s’expliquer par la présence plus forte des investisseurs institutionnels dans les fonds ETP adossés sur l’or, tandis les fonds ETP adossés sur l’argent sont essentiellement détenus par des particuliers et des investisseurs privés, lesquels pourraient toutefois commencer à vendre», estiment les analystes matières premières de Natixis. Les flux financiers risquent donc d’être défavorables à l’argent dans les prochains mois. «Au mieux, cette situation crée un plafond pour les prix de l’argent, toute hausse étant susceptible de donner lieu à des ventes d’investisseurs coincés bloqués sur des positions longues. Au pire, le désinvestissement des fonds ETP pourrait créer un fort risque de baisse», poursuit Natixis.

Ces flux interviendraient en effet dans un contexte d’offre d’argent stable, et d’une demande industrielle guère différente de celle de 2012. Les besoins en argent de l’industrie photovoltaïque, en particulier, pourraient diminuer cette année après avoir atteint 3.100 tonnes (10% du total) l’an dernier, selon Natixis, en raison de la baisse des installations en Europe. Dès lors, «si les investisseurs choisissaient de sortir des fonds ETP adossés sur l’argent, les cours pourraient chuter plus rapidement vers des plus bas de 20 dollars/once en 2013 et de 15 dollars/once en 2014», estime Natixis.

A lire aussi