Les remboursements des prêts LTRO à la BCE s'accélèrent

le 22/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le montant des liquidités retirées atteint déjà 275 milliards d'euros. Les établissements de la périphérie alimentent la tendance

La BCE a annoncé le 19 avril que les banques allaient rembourser cette semaine 10,9 milliards d’euros des prêts à 3 ans accordés par l’institution dans le cadre de ses opérations de refinancement LTRO. 14 banques rembourseront 8,9 milliards d’euros de prêts contractés lors de la première LTRO en décembre 2011, et 15 autres établissements rembourseront 2,1 milliards empruntés dans le cadre de la seconde opération de refinancement en février 2012.

Le montant total de ces remboursements s’établit désormais à 274,5 milliards d’euros soit environ 27% sur les 1.020 milliards d’euros empruntés en brut à la BCE dans le cadre de ses deux LTRO. «Depuis mi-mars, les remboursements de LTRO à 3 ans se sont accélérés», souligne Barclays.

«Les remboursements de LTRO ont été plus élevés que prévu ces deux dernières semaines. On peut considérer que ce mouvement est alimenté par les remboursements des banques de la périphérie essentiellement espagnoles (pour environ 80 milliards d’euros depuis le début des remboursements), et dans une moindre mesure par les banques italiennes, ces dernières ayant remboursé à ce stade moins de 5 milliards de LTRO. Les banques des pays core comme la France et l’Allemagne ont quant à elle déjà procédé à une bonne partie des remboursements», explique Frederik Ducrozet économiste chez Crédit Agricole CIB.

Le système bancaire de la zone euro reste encore largement excédentaire en liquidités pour environ 344 milliards d’euros, selon Bloomberg. «Des progrès considérables ont été accomplis depuis l’été dernier concernant l’amélioration de la situation de refinancement des banques, le renforcement de leur base de dépôts dans les pays fragiles, et la réduction de la dépendance au système européen, comme le reflètent les remboursements des LTRO à 3 ans», a déclaré Mario Draghi le président de la BCE début avril. Il a également indiqué que l’institution se tenait prête à baisser les taux d’intérêt si la situation économique venait encore à se dégrader.

«Les remboursements de LTRO conduisent à réduire la taille du bilan de la BCE avec pour effet négatif de renforcer l’euro. Cela traduit aussi le fait que les liquidités ne sont pas réinjectées dans l’économie faute de projets ou parce qu’ils sont jugés trop risqués par les banques de la zone euro», juge de son côté Michel Martinez chef économiste France chez Société Générale CIB.

A lire aussi