«La BCE n'a pas tout tenté pour relancer l'octroi de crédit»

le 22/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Eric Bourguignon, directeur de la gestion taux et crédit de Swiss Life Asset Managers et DGD SL Asset Management

- L’Agefi: Quand attendez-vous une baisse du refi de la Banque centrale européenne (BCE) de 25 points de base et qu’apporterait-t-elle?

- Eric Bourguignon : Nous estimons que l’aggravation de la crise économique en zone euro conduira probablement la BCE à opérer une ultime baisse de son principal taux directeur d’ici l’été. La portée d’un tel geste serait bien sûr limitée sur le plan financier. Il aurait cependant un impact psychologique fort, surtout s’il était associé à d’autres mesures destinées à relancer le crédit. Nous nous attendons à ce qu’il exerce en outre une pression baissière sur l’euro dont la vigueur, entretenue par l’excédent courant de la zone, devient très préoccupante.

- Quels outils pourrait utiliser la BCE pour faciliter le crédit dans les pays périphériques ?

- La BCE n’a pas ménagé ses efforts pour soutenir les Etats ou les banques de la zone euro en difficulté. Elle n’a en revanche certainement pas tout tenté pour relancer l’octroi de crédit. Elle pourrait ainsi encore élargir la gamme des collatéraux qu’elle accepte dans le cadre de ses opérations de refinancement, tout en donnant plus de liberté aux banques centrales nationales pour procéder elles-mêmes à des opérations de ce type. Elle pourrait aussi chercher à réduire le coût de financement des banques qui augmentent leur activité de prêt, comme a tenté de le faire la Banque d’Angleterre à travers le mécanisme du FLS (Funding for Lending Scheme). L’impact de ces mesures restera toutefois forcément limité tant que le processus de désendettement des agents privés ne sera pas parvenu à son terme.

panel taux
ZOOM
panel taux

A lire aussi