La «tôle ondulée» fait son retour sur les marchés actions européens

le 18/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La prime de risque s’est suffisamment dégonflée sur les Bourses européennes. Nous anticipons désormais une évolution dans un tunnel horizontal

Après avoir été durant de nombreux mois optimistes sur les marchés actions européens et américains en raison d’une prime de risque excessive après les interventions massives des banques centrales, nous révisons désormais notre scénario central.

Nous estimons en effet que le contexte actuel poussera les actifs risqués du Vieux Continent à évoluer à nouveau dans un tunnel horizontal et selon une trajectoire en forme de tôle ondulée «à la japonaise» dans les mois à venir.

En conséquence, nous recalibrons nos espérances de gains et de pertes, avec un potentiel d’oscillation des grands indices européens autour de 8% par séquence d’une durée moyenne de 24 jours.

Si nous ne parions pas sur un «bear market» à court terme (segment de baisse moyen de -12% contre segment de hausse moyen de +8% pour les indices dans ce type d’environnement) en dépit de fondamentaux économiques précaires sur le Vieux Continent, c’est parce que les investisseurs font déjà preuve d’un pessimisme très prononcé. Cela nous laisse croire qu’une bonne partie des mauvaises nouvelles potentielles sont déjà assez bien intégrées dans les cours boursiers européens.

La question est donc aujourd’hui la suivante : la correction déjà encaissée par les indices européens de 6,6% au cours des dernières semaines est-elle suffisante pour repartir sur une jambe haussière de +8% dans le mois qui vient ? Nous ne le pensons pas, pour deux raisons: d’une part, nos indicateurs d’opportunité / risque sur les marchés actions européens, qui se situent à l’heure actuelle à des niveaux moyens, ne nous indiquent pas d’évidences à court terme. D’autre part, la situation s’avère aujourd’hui également très tendue pour les indices américains. En effet, si l’amélioration sur le plan de la macroéconomie est palpable outre-Atlantique, elle ne semble pas justifier pour autant les niveaux de valorisation actuels du S&P 500.

C’est d’ailleurs ce que suggèrent nos indicateurs sur les marchés actions américains: la probabilité de poursuite de la hausse pour le S&P 500 devient très faible à court, moyen et long terme… ce qui engendre un risque élevé de correction d’au moins 5% pour l’indice large américain dans les semaines à venir.

Dans ces conditions, le marché directeur restant les Etats-Unis, il convient d’attendre que la Bourse américaine ait purgé ses récents excès avant de redevenir plus optimiste sur les marchés actions européens.

A lire aussi