Le Trésor américain donne un avertissement amical au Japon sur le yen

le 16/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans son rapport sur les changes, il appelle Tokyo à résister aux tentations de dévaluation du yen qui flirte avec le seuil des 100 contre dollar

La Chine n’est plus la seule à se trouver sur le banc des accusés pour sa politique de change. Dans son rapport semestriel sur les changes publié vendredi, le Trésor américain a indiqué qu’il continuera «à faire pression sur le Japon… afin de le dissuader de recourir à des dévaluations compétitives ou à une politique qui cible le taux de change pour des raisons de compétitivité». Et d’ajouter qu’il restera attentif à ce que les autorités nipponnes utilisent des instruments domestiques pour atteindre des objectifs concernant l’amélioration de l’activité dans le pays.

Dans un document préparatoire à la réunion du G20 qui se tiendra jeudi et vendredi, l’Union européenne compte, elle, s’en prendre au «manque de plan crédible de consolidation des finances publiques à moyen terme aux Etats-Unis et au Japon», et inciter Tokyo à accompagner sa politique monétaire d’assouplissement de réformes structurelles de son économie.

«Nous n’avons aucune intention de mener une politique ciblant le taux de change» s’est instantanément défendu Haruhiko Kuroda, le nouveau gouverneur de la BoJ mandaté par le premier ministre Shinzo Abe pour mener une politique monétaire de rachats d’actifs illimités destinée à atteindre l'objectif de 2% d’inflation sur deux ans. Et d’insister sur le fait que la politique de l’autorité nipponne a pour but de sortir le pays de sa torpeur, ce qui «procurerait des effets positifs sur l’économie mondiale».

Dans ce contexte, Citigroup ne pense pas, compte tenu du fait que les échanges commerciaux bilatéraux américano-japonais ont été relativement stables sur les deux dernières décennies, quelles que soient les variations du taux de change dollar-yen, que «le Trésor américain a des inquiétudes sérieuses sur le niveau du yen malgré sa chute récente».

Le yen revenait hier sous la barre des 98, à 97,85 yens contre dollar, après avoir flirté avec le seuil symbolique des 100, à 99,95 jeudi dernier, son plus faible niveau depuis avril 2009. Le yen s’est déprécié de 7,8% contre dollar depuis l’annonce faite par la BoJ le 4 avril d’un montant de rachats d’actifs d’une ampleur historique. Citigroup estime que la parité devrait rester comprise entre 97 et 100, avant de franchir ce seuil dans les prochaines semaines. Le yen s’est déprécié de 7,1% contre euro depuis le 4 avril, à 128,02 hier, après avoir atteint 130,58 jeudi.

A lire aussi