Bruxelles se penche sur le financement à long terme des infrastructures

le 26/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Commission européenne veut favoriser le financement obligataire. Les parties ont jusqu'à juin pour répondre à la consultation publique

La Commission européenne planche sur le financement à long terme des infrastructures. Bruxelles a lancé une consultation publique de trois mois sous la forme d’un «livre vert». Objectif : «accroître l’offre de financement à long terme, améliorer et diversifier le système d’intermédiation financière pour l’investissement de long terme en Europe», a indiqué la Commission. 

L'institution fait notamment référence aux investissements dans des infrastructures énergétiques, de transport ou de communication, dans des infrastructures industrielles, de services, les technologies, l’éducation ou encore la recherche et le développement. «Ces investissements sont essentiels pour doper l’innovation et la compétitivité afin de permettre à l’Europe de renouer durablement avec la croissance et l’emploi», a insisté Michel Barnier, le commissaire européen chargé du Marché intérieur et des Services.

Bruxelles souligne que depuis la crise financière, le secteur financier en Europe n’a plus la même capacité à acheminer l’épargne vers le financement de long terme. Il est important de se demander si en Europe, la dépendance traditionnellement élevée à l’égard de l’intermédiation bancaire pour le financement long terme pourrait se voir remplacée par un système laissant davantage de place au financement direct par les marchés de capitaux, et à l’intervention des institutionnels et des marchés financiers alternatifs, estime la Commission européenne.

Les parties intéressées ont jusqu’au 25 juin pour répondre. Sur la base de la consultation, la Commission indique qu’elle pourrait prendre des mesures législatives. Ces initiatives ont été bien accueillies par les professionnels de la finance. «Dans un environnement de réformes prudentielles pour l’industrie européenne de l’assurance, il est vital que les changements ne mettent pas en danger la capacité des assureurs à prodiguer les financements de long terme», a commenté Insurance Europe, la fédération européenne des associations nationales d’assureurs. Même son de cloche positif du côté de l’AFME (Association for Financial Markets in Europe). Le think tank Finance Watch basé a lui aussi salué l’initiative européenne tout en insistant sur la nécessité de réguler en parallèle le «shadow banking».

A lire aussi