Le plan pour Chypre crée un nouveau modèle

le 25/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Selon Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, la contribution des détenteurs de dépôts non garantis pourrait à nouveau être exigée dans d'autres banques en difficulté.

Le plan pour Chypre crée un nouveau modèle

Le plan de sauvetage élaboré pour Chypre représente un nouveau cadre de résolution des difficultés bancaires de la zone euro et d'autres pays pourraient devoir restructurer leur secteur bancaire, a déclaré lundi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe. «Ce que nous avons fait la nuit dernière, c'est ce que j'appelle repousser les risques», a-t-il déclaré lors d'une interview à Reuters et au Financial Times. «S'il y a un risque dans une banque, notre première question devrait être "d'accord, qu'allez-vous faire, vous, dans la banque ? Que pouvez-vous faire pour vous recapitaliser vous-mêmes ?"», a-t-il ajouté.

«Si la banque ne peut pas le faire elle-même, alors nous discuterons avec les actionnaires et les créanciers obligataires, nous leur demanderons de contribuer en recapitalisant la banque et, si nécessaire, (nous le demanderons) aux détenteurs de dépôts non garantis». Ces propos ont jeté un froid sur le marché, de même que des rumeurs de dégradation de l’Italie par Moody’s. Le CAC 40 a cédé 1,12% tandis que la Bourse de Milan a accusé un repli  de 2,2%.

A lire aussi