La croissance de l'économie américaine s'est poursuivie à un rythme modéré en début d'année

le 07/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'immobilier résidentiel et le secteur automobile ont continué à représenter des facteurs de soutien, selon le dernier Livre Beige de la Fed

Modeste à modéré, c'est le rythme qu'a connu la croissance américaine en janvier et début février, selon les données compilées par les douze banques régionales de la Réserve fédérale américaine et regroupées au sein du Livre Beige. Cinq districts ont retenu l'adjectif «modeste» pour qualifier le tempo de la reprise, tandis que cinq autres lui ont préféré «modéré». Deux districts, Boston et Chicago, ont fait état d'une certaine lenteur.

Des facteurs de soutien ont concerné la grande majorité des régions. C'est le cas de l'activité manufacturière liée à la construction résidentielle : la fabrication de produits en bois à Saint-Louis et San Francisco, les produits d'équipement ménager à Chicago ou encore le ciment à Dallas. Le secteur du logement connaît une phase de redressement, alors que l'assouplissement de la Fed a tiré les taux immobiliers vers le bas. L'indice S&P Case-Shiller pour le mois de décembre a montré une hausse des prix de l'immobilier de 6,8% sur un an. Les secteurs de l'automobile et de la technologie ont également joué un rôle moteur sur la période. Dans ce contexte, le Livre Beige souligne l'absence de toute pression inflationniste.

En ce qui concerne le marché du travail, dont l'évolution constitue un repère déterminant pour le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), les améliorations ont été modestes dans la majorité des zones. «Les pressions salariales ont été dans l'ensemble limitées, mais certains contacts ont rapporté une pression à la hausse pour des postes qualifiés dans certaines industries en raison d'une pénurie de main d'oeuvre», indique le Livre Beige. La dernière édition de l'enquête ADP, publiée hier, a fait état de la création de 198.000 emplois dans le secteur privé en février, un chiffre nettement supérieur aux attentes.

Alors que le FOMC tient séance les 19 et 20 mars, le président de la Fed de Richmond, Charles Plosser, a réclamé mercredi une pause dans l'achat de titres de dette, les coûts potentiels liés à davantage de stimulus dépassant les bénéfices. Même si l'économie n'a progressé que de 0,1% au quatrième trimestre sur fond de QE3, il estime qu'«il y a des raisons de faire preuve d'un certain optimisme pour les trimestres à venir».

A lire aussi