La Chine va augmenter son déficit pour relancer la croissance

le 06/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'objectif de croissance chinoise pour 2013 est de 7,5%. Le gouvernement va porter son déficit à 2% du PIB pour dynamiser la consommation

La Chine va augmenter son déficit pour relancer la croissance - Photo : Fotolia

La Chine prévoit d’augmenter son déficit budgétaire en 2013, en le portant de 1,5% en 2012 à 2% du PIB pour atteindre son objectif de croissance annuel de 7,5% annoncé mardi. Au total, le déficit budgétaire devrait se chiffrer en 2013 à quelque 1.200 milliards de yuans soit environ 148 milliards d’euros. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre sortant Wen Jiabao lors de l’ouverture de la session annuelle de l’assemblée nationale populaire chinoise, l’équivalent du parlement.

A l’issue de la session qui doit s’achever le 17 mars, le dirigeant cèdera son poste de chef du gouvernement à Li Keqiang. Ce rassemblement doit aussi entériner l’arrivée à la présidence de Xi Jinping en remplacement de Hu Jintao. Wei Yao, chef économiste à la Société Générale à Hong Kong, estime que cette feuille de route budgétaire dévoilée avant la passation de pouvoir, ne contient pas de grosse surprise hormis peut-être la révision à la baisse de l’objectif d'inflation, fixé à 3,5% contre 4% en 2012. Les expériences passées suggèrent toutefois que les objectifs de croissance doivent être interprétés comme un niveau minimum visé par le gouvernement, rappelle l’économiste.

Dans un rapport publié fin février, Moody’s s’était déclarée optimiste à l’égard des perspectives chinoises. «L’économie est en phase de reprise et un atterrissage brutal devient de plus en plus improbable.» L'agence de notation estime que la croissance devrait se situer entre 7,5% et 8,5% en 2013, tout en soulignant que «le nouveau gouvernement semble engagé sur la voie des réformes dans les secteurs financier, fiscal et structurel.»

L’an dernier, le creusement du déficit public avait notamment permis de limiter le ralentissement de la croissance du pays à 7,8%. Le chiffre était ressorti certes au-dessus de l’objectif officiel de 7,5% mais avait marqué la plus mauvaise performance pour l'activité chinoise sur les treize dernières années. Si la Chine entend dynamiser la croissance par la consommation, ses dirigeants sont également conscients des risques qui pèsent sur l’économie du pays du fait notamment des fortes inégalités sociales susceptibles de créer un climat de tension. Pékin surveille aussi de près l’évolution de sa bulle immobilière. Pour enrayer la flambée des prix et des crédits immobiliers, les autorités ont annoncé le week-end dernier des mesures restrictives comprenant un impôt de 20% sur les plus-values de cession des résidences secondaires.

A lire aussi