Les fraudeurs financiers n’ont pas peur

le 05/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La peur du gendarme n’est pas effective dans la finance, à en croire David Wright, le secrétaire général de l’OICV (Organisation internationale des commissions de valeurs, regroupant les régulateurs boursiers), cité par le quotidien. «Les sanctions sont beaucoup trop faibles, elles ne suffisent pas à démotiver les fraudeurs», assure-t-il. A ses yeux, «Il faut des sanctions beaucoup plus élevées et il faut des sanctions pénales pour les fautifs. Dans le cas du Libor, si les traders avaient su qu'ils risquaient des années de prison en manipulant les taux, ils n'auraient peut-être pas agi ainsi». «Il reste beaucoup à faire», concède David Wright.

A lire aussi