La BoE fait chuter la livre à son plus bas depuis juin 2012

le 21/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les rachats d'actifs ont fait débat lors de la dernière réunion de la Banque d'Angleterre. Trois membres ont plaidé pour une hausse du programme

La Banque centrale britannique (BoE) a pris de court les marchés en semblant prête à adopter une politique encore plus accommodante pour soutenir la croissance. La livre a chuté hier à environ 1,143 euro soit un plus bas depuis 15 mois. Des positions spéculatives vendeuses avaient déjà entraîné la devise à la baisse la semaine dernière. Mais le coup de semonce a été porté par la publication des minutes du dernier comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre des 6 et 7 février. Le compte-rendu détaillé de la réunion révèle que Mervyn King, l'actuel gouverneur de l’institution, a voté en faveur d’une augmentation de 25 milliards de livres du programme de rachat d’actifs pour le faire passer de 375 milliards à 400 milliards de livres (457 milliards d’euros). Deux autres membres du comité de politique monétaire, Paul Fisher, l’administrateur délégué en charge des marchés, et David Miles, qui plaide en ce sens depuis plusieurs mois déjà, l’ont accompagné. Mais six des neuf membres du comité ont voté contre.

Les minutes de la BoE soulignent aussi que les banquiers centraux ont envisagé la question d’une nouvelle baisse du principal taux directeur britannique qui est déjà à son plus faible niveau, à 0,50%, depuis mars 2009. Les économistes ne s’attendaient pas à ce début d’inflexion de position dans les rangs de la banque centrale britannique. Le rapport sur l’inflation publié la semaine dernière les avait d’ailleurs confortés dans l’idée qu’elle ne prendrait pas de mesures d’accompagnement supplémentaires à moyen terme.

A cette occasion l’institution avait lâché du lest sur son objectif visant à contenir les hausses de prix. Elle avait en effet indiqué que son objectif de ramener l’inflation sous le seuil de 2% ne serait pas atteint avant 2016, ce qui représente ainsi un report de 18 mois par rapport à ses prévisions du mois de novembre. Lors de sa dernière réunion, la BoE a également discuté de la possibilité d’adopter de nouvelles mesures pour soutenir l’économie et notamment pour dynamiser l’octroi de crédit. Le Canadien Mark Carney succèdera à Mervyn King à la tête de la BoE le 1er juillet avec plus de marge de manœuvre qu’on ne pouvait l’imaginer il y a quelques semaines encore.

A lire aussi