Les rachats d'actifs ont fait débat lors de la dernière réunion de la BoE

le 20/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Un membre du conseil des gouverneurs a plaidé pour un accroissement du programme de rachats. L'économie devrait se contracter au quatrième trimestre

La Banque d’Angleterre (BoE) a publié hier le compte rendu de sa dernière réunion de politique monétaire qui a eu lieu au début du mois de décembre. Malgré l'absence de signes clairs de reprise en Grande-Bretagne, l’institution monétaire avait décidé de laisser son principal taux directeur inchangé à 0,50%, un niveau fixé depuis mars 2009. A cette occasion la BoE avait également opté pour le statu quo en matière de rachats d’obligations d’Etat.

Son programme d’assouplissement quantitatif était ainsi maintenu à 375 milliards de livres (461 milliards d’euros) de rachats d’actifs. C’est notamment l’amélioration des conditions de financement sur les marchés et les pressions inflationnistes qui ont justifié ces décisions, soulignent les minutes de la BoE. «La plupart des membres sont d'accord sur le fait que l'évolution de la situation depuis un mois n'a pas modifié l'équilibre entre les arguments pour maintenir ou augmenter l'ampleur du soutien monétaire», rapporte le communiqué.

Si les neuf gouverneurs ont voté à l’unanimité en faveur du maintien du taux de refinancement à 0,50%, cela n’a en revanche pas été le cas pour la question des rachats d’emprunts d’Etat, la décision n’ayant été approuvée que par huit d’entre eux. Le dissident David Miles a ainsi plaidé pour que la BoE rachète pour 25 milliards de livres supplémentaires de titres souverains.

En fait, la banque centrale compte sur son nouveau dispositif «Funding for Lending Scheme» (FLS), censé faciliter les prêts des banques britanniques à l’égard des ménages et des entreprises pour relancer l’économie. Elle estime qu’il est encore trop tôt pour mesurer son impact sur les volumes de prêts mais note déjà, selon elle, des premiers signes encourageants.

L'inflation devrait se maintenir l'année prochaine au dessus de son objectif de 2%, souligne la banque centrale. Elle ajoute que l'activité économique devrait stagner à court terme mais que le produit intérieur brut (PIB) devrait se contracter au quatrième trimestre 2012. L'inflation a atteint 2,7% en novembre en Grande-Bretagne, soit son plus haut niveau depuis le mois de mai, alors que les prévisions initiales tablaient sur un ralentissement de la hausse des prix, selon les chiffres officiels publiés mardi.

A lire aussi