L'espoir de reprise en Europe reste fragile

le 17/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'enquête Markit auprès des directeurs d'achats montre que l'activité du secteur privé s'est contractée moins fortement que prévu en décembre

Indice PMI : contraction ralentie de l’activité dans la zone euro en décembre. Illustration : L'Agefi.

La publication vendredi d’indicateurs PMI signalant un ralentissement de la contraction de l’activité dans la zone euro en décembre va dans le sens d’une possible amorce de sortie de crise courant 2013, ont commenté plusieurs économistes. Il convient toutefois de rester prudent alors que l’attentisme demeure dans les milieux d'affaires dans un contexte économique toujours marqué par de fortes incertitudes. L’économie allemande donne des signes de redémarrage mais la situation en France reste préoccupante.

Certains choisiront de voir le verre à moitié plein alors que les récentes avancées en matière de supervision bancaire et la décision de débloquer l’aide à la Grèce semblent avoir quelque peu éclairci l'avenir de la zone euro.

Sur le front macroéconomique, la première estimation de l'indice PMI des directeurs d’achats a montré vendredi que l'activité du secteur privé dans la zone euro s'est contractée moins fortement en décembre qu'en novembre, en particulier dans les services, apportant une lueur d'espoir pour la croissance, selon les économistes.

L’indice PMI composite, un bon indicateur avancé de la croissance du PIB s’est en effet inscrit à 47,3 en décembre soit son plus haut niveau depuis 9 mois contre 46,5 en novembre, un niveau supérieur aux attentes des analystes. Ce chiffre reste toutefois en dessous du seuil de 50 qui sépare la contraction de l’activité de la croissance.

«La récession actuellement en cours dans la zone euro montre de nouveaux signes de ralentissement en décembre, nourrissant les espoirs d'une amélioration des perspectives à l'horizon 2013», souligne Chris Williamson, chef économiste chez Markit. Il estime d'ailleurs que le taux de contraction de l'activité pourrait avoir culminé en octobre, l’indice PMI s'étant depuis lors redressé de manière constante.

Malgré tout, ces chiffres sont loin de marquer un rebond spectaculaire de l'activité. L’enquête met ainsi toujours en évidence une forte détérioration de la conjoncture dans le secteur privé de la zone euro, l’activité se repliant pour la quinzième fois au cours des 16 derniers mois en décembre.

Surtout, Markit donne une photographie très disparate en fonction des pays. «L’enquête montre que la performance de l’Allemagne est bien meilleure que celle de ses partenaires. Le quatrième trimestre sera encore difficile, mais l’activité devrait se redresser tout au long de 2013», insiste de son côté Clemente De Lucia, économiste chez BNP Paribas.

En Allemagne, l’activité globale a en effet progressé au mois de décembre pour la première fois en huit mois. De quoi donner l'impulsion à un éventuel retournement de tendance, soulignent les économistes les plus optimistes. En revanche, la situation reste préoccupante en France où l’activité globale a reculé pour le dixième mois consécutif dans le secteur privé, même si le rythme est moins marqué qu’en novembre.

De même dans le reste de la zone euro, les taux de contraction de l'activité restent très marqués. Ces derniers chiffres meilleurs qu’attendu devraient toutefois conforter la Banque centrale européenne dans sa politique attentiste en matière de taux d'intérêt, estiment de leur côté les analystes de JP Morgan.

Indice PMI : contraction ralentie de l’activité dans la zone euro en décembre. Illustration : L'Agefi.
ZOOM
Indice PMI : contraction ralentie de l’activité dans la zone euro en décembre. Illustration : L'Agefi.

A lire aussi