Les particuliers chinois participent à leur insu à la finance de l'ombre

le 13/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les ventes de produits de gestion de fortune (WMP) ont explosé de 85% pour atteindre 1.475 milliards d’euros, soit 16% des dépôts, selon Fitch

C’est le dernier scandale en Chine: des dizaines de clients d’une banque locale chinoise, Huaxia Bank, protestaient encore hier après qu’on leur a indiqué qu’ils ne pourraient pas récupérer leurs fonds investis dans des produits de gestion de fortune (WMP), en plein essor dans le pays. La gestion des fonds était externalisée par la banque dans un véhicule spécialisé, Zhongding Wealth Investment Centre.

Cette situation «fait remonter les inquiétudes sur le fait que la flambée des prêts distribués après la crise financière ressemble à un montage de type "Ponzi" qui trouvera son issue dans une crise de la dette», estime GaveKal. Depuis 2010, les riches particuliers chinois ont souscrit massivement aux WMP, censés être sans risque mais offrant pourtant des rendements à deux chiffres reposant sur le transfert de prêts consentis à des promoteurs immobiliers ou des gouvernements locaux. Les particuliers pensant ainsi placer leur épargne dans leur banque, participent en réalité malgré eux à la finance de l’ombre.

Les petits établissements financiers chinois ont vu leurs ventes de produits de gestion de fortune (WMP) s’envoler de 85% sur les neuf premiers mois de l’année pour atteindre 12.000 milliards de yuans (1.475 milliards d’euros), soit 16% des dépôts bancaires, calcule Fitch Ratings en l'absence de données officielles.

Problème: 85% de la croissance des produits vendus en 2012 proviennent de banques locales, incapables de les rembourser en cas de tensions. Par ailleurs, les WMP perturbent la lecture des statistiques monétaires en Chine. Les banques chinoises ont l'habitude de les comptabiliser en hors bilan, mais leur volonté d'afficher une forte croissance des dépôts les a poussées à en rapatrier une part croissante dans leur bilan, signale Fitch. «Cela a favorisé une croissance faciale élevée des dépôts, mais n'a pas amélioré la liquidité car les banques disposaient déjà des fonds», souligne l'agence.

Christine Kuo, analyste chez Moody’s, estime en outre que les banques chinoises «vont faire face à des créances qui pourraient voir leur coût exploser». Les fonds levés par les WMP servent en effet à prolonger ou à racheter des prêts dus à la banque par des emprunteurs. «Cela laisse croire à des taux de remboursements élevés sur les prêts aux entreprises, alors qu'en fait ces prêts ne sont pas remboursés par les emprunteurs eux-mêmes, mais par les investisseurs», note Fitch.

A lire aussi